Roomrunner – « Ideal Cities »

Album
(Fan Death)
28/05/2013
Grunge punk

Au moment même ou Double Dagger, éteint en 2011, refait parler de lui à l’occasion de la sortie de son mini album posthume « 333 », son batteur – Denny Bowen – fait coup double en signant le premier véritable album de Roomrunner au sein duquel il officie en tant que chanteur/guitariste. Mais n’allez pas chercher ici de suite logique: aux subtilités affichées par son aîné, le groupe de Baltimore opte pour des compositions bruitistes et dissonantes qui ne sont pas sans rappeler Nirvana et tous ceux qui n’ont cessé de le piller. En mieux. Une référence ultra grillée (sur « Duno » notamment) mais totalement assumée (« Yes, we’ve heard Nirvana. Try harder » est mentionné sur le disque) qui, tout au long de ce « Ideal Cities », parvient encore à caresser l’oreille dans le sens du conduit, notamment parce qu’il n’est pas seulement question ici de grunge-punk primaire. Qui ne s’arrêtera pas à l’évidence trouvera ainsi chez Roomrunner quelques clins d’oeil respectueux adressés à Jesus Lizard et Shellac. Telle une bête furieuse, portée par des guitares abrasives à souhait et des amplis en surchauffe, la formation enchaîne alors généreusement les brûlots qui décrassent (« Bait Car », l’imparable « Weird », « Apse »), tout en laissant quand même quelques mélodies s’imposer (« Bowlth ») histoire d’aérer un peu un album qui, de fait, se digère plus facilement (« Wojtek »). Quelques bouffées d’oxygène vitales pour ce « Ideal Cities » qui, bien que totalement dénué d’originalité, fait on ne peut plus honneur aux monuments qui l’ont inspiré. Alors que beaucoup l’ont fait se retourner dans sa tombe, Kurt Cobain a enfin trouvé un des rares détenteurs des clés de sa prison de bois.

En écoute intégrale

À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire