Roce – « Identité En Crescendo »

Identité En Crescendo[Album]
15/05/2006
(No Format/Universal Jazz)

Puisque 2006 semble marquer un certain retour du rap français, du moins en termes de ventes; puisque Booba s’éclate chez Cauet, et que Diam’s appelle à voter PS sur Canal; cela n’a rien de pompeux ni d’exagéré que de dire que le dernier album de Roce sort au bon moment. L’album « Identité en Crescendo » parle à l’intelligence de l’auditeur. Et même si son géniteur ne fait que donner un point de vue sur des sujets de société ou sur des comportements plus individuels, il donne l’occasion de réfléchir en pointant du doigt

Dès le premier morceau, Roce est en plein dans l’actualité! Au moment où notre ministre de l’intérieur conseillait à ceux qui n’aimaient pas la France de la quitter, lui, avait déjà certainement écrit « Je Chante La France ». Un texte fort sur une instru à l’atmosphère alourdie par la trompette de Jacques Coursil, ou il défend l’idée qu’une France peut aussi se changer, et que ce n’est peut-être pas un hasard s’il est mal vu de chanter la Marseillaise ou du Sardou. Roce pose ses conditions avant de franchir le pas. Quant aux exemples de ceux étant parvenus à faire bouger les choses, il n’a pas eu à les chercher bien loin. Juste jusqu’à son histoire familiale, et plus particulièrement sur celle de son père, Adolfo Kaminsky, résistant pendant la seconde guerre mondiale, puis militant actif anticolonialiste. Roce assume son héritage, et demande à son pays de l' »accepter comme être multiple et [il] chantera la France ». La majorité de ses textes sont de la même envergure: en plus de soigner le fond, il fait une nouvelle fois preuve d’un véritable talent dans l’écriture. Le flow, lui, n’est pas forcément renversant, comme c’est souvent le cas lorsqu’on prend soin de bien articuler ses propos. « Identité En Crescendo » est un album qui, dans le propos, renvoie évidemment à des groupes comme la Rumeur ou Assassin.Mais c’est justement en opposition à ceux-ci et à leur choix de productions souvent élémentaires, que l’on peut aborder le second intérêt de cet opus

À l’instar de Monsieur Oxmo Puccino, qui a rejoint l’écurie Blue Note, Roce a opté pour le jazz. On ne va pas faire un historique des liens qui unissent le jazz et le hip-hop, mais il n’est pas dur d’avouer l’évidence que ce courant n’a jamais vraiment été exploité en France. Dans « Identité en Crescendo », Roce pratique la fusion entre sa voix et ce genre musical, comme lorsqu’il se pose sur la trompette du grand Archie Shepp, dans le morceau « Seul ». Certains y verront un exercice de slam, d’autres un hommage à des artistes comme Gil Scott-Heron. Bien d’autres intervenants sur cet album: le très recherché Gonzales, mais également Potzi de Paris-Combo, Antoine Paganotti de Magma, ou Raqal Le Requin. Bref, un album important pour ceux aimant le rap qui choisit ses cibles avec pertinence.

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire