Roc Marciano – « Reloaded »

roc180Album
(Decon)
13/11/2012
Hip hop

Arrivé juste à temps pour les traditionnelles listes de fin d’année, « Reloaded » ne devrait malheureusement pas permettre à Roc Marciano d’obtenir un succès public pourtant mérité et ce, malgré des critiques unanimes. Heureusement, le Mc devrait s’en soucier comme d’une guigne tant il semble plus préoccupé par son propre univers et par la profondeur qu’il entend lui donner.

Désormais loin du Flipmode Squad, le crew de Busta Rhymes qui l’a introduit dans le milieu du hip hop, Rakeem Calief construit tranquillement une carrière solo qui, de « Marcberg » à « Reloaded », le hisse au niveau des grands conteurs de la Big Apple, aux côtés de Prodigy ou encore de Nas. Il ne laisse d’ailleurs personne s’introduire dans son processus créatif: même s’il a fait ici une exception pour The Alchemist et Q-Tip, il demeure farouchement maître des productions, et de ce micro qu’il ne partage que très rarement.

Si Roc Marciano garde autant d’emprise sur ses albums, c’est parce qu’ils sont tous le reflet d’une vision, d’une façon bien à lui de croquer la ville et ses recoins. En termes de productions, cela aboutit sur des rythmes qui se font presque toujours confidentiels, laissant les boucles et les samples faire le boulot et oeuvrer pour un album homogène, intégralement passionnant. On retient tout particulièrement « Deeper » et cette boucle vocale magique, ce « We Ill » dépourvu de tout rythme, et ce « Tek To A Mack » introductif qui nous plonge de suite dans l’univers du rappeur. Inutile d’évoquer un par un les différents morceaux tant l’album forme comme une bulle en apesanteur, flottant sur la scène hip hop américaine.

Il y a aussi une certaine beauté naïve à voir Roc Marciano se construire en dehors de toutes les modes et de tous les courants, et parsemer son album de clins d’oeil au passé comme d’appels du pied à l’avenir. Entre les deux, le rappeur progresse avec une maturité impeccable, là ou d’autres succombent à un éparpillement facile entre featurings à rallonge et productions sans cohésion.  « Reloaded » peut donc se définir à la fois comme un album salutaire qui s’efforce de mettre des coups de tazers dans le corps mollasson du rap new-yorkais, mais aussi comme une œuvre qui ne doit rien à personne, comme un pur refuge d’indépendance et de talent. Pour tout cela, rendons grâce à Roc Marciano, auteur ici du plus tardif album hip hop de l’année.

itunes8

En écoute

En écoute intégrale

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire