Robert Le Magnifique – « Oh Yeah Baby »

Oh Yeah Baby[Album]
16/04/2008
(Idwet/La Baleine)

Accaparé par « Hamlet« , ce projet qui marie musique et théâtre et affiche déjà deux volumes au compteur, Robert Le Magnifique n’était plus apparu en solo depuis 2004 et un « Kinky Attractive Muse » qui affichait alors autant d’influences que de belles prétentions. Aujourd’hui plus que jamais, il jongle avec les styles, puise dans la pop, le hip hop, la drum n’bass, et le trip hop, s’acoquine avec la musique contemporaine, pour mieux éclater les barrières, humaniser l’electro, et donner naissance à un registre on ne peut plus riche et personnel

« Oh Yeah Baby » continue dans ce sens, encore plus radicalement que par le passé, au point de ne plus souffrir d’aucune étiquette, surtout pas de celle electro/hip hop, costard devenu beaucoup trop étroit pour Robert Le Magnifique qui, en douze titres, n’en oublie pas la cohérence indispensable à un bon album. Ainsi, c’est droit dans ses bottes et sur de bons rails qu’il se lance à corps perdus dans un disque aux multiples couleurs: « Hello Malo » penche pour une pop à base de guitare et scratches assez proche de celle du Fog des débuts, « Nina » préfère le punk, le crossover « Twenty Eight Love Song » (feat Olivier Mellano) hésite entre Lou Reed et Rage Against The Machine, les bidouilles tendances hip hop/jazz de « Oh Yeah Baby » rappellent immanquablement l’approche de Kid Koala, tout comme « Ma Main Dans Ta Gueule » (feat Mellano et Thomas Poli) révèle une certaine affection pour Led Zeppelin

Voilà autant de réjouissances qui n’ont pas pour autant offert le meilleur de l’oeuvre de Robert Le Magnifique, une autre poignée de morceaux venant donner encore un peu plus d’impact à ce « Oh Yeah Baby » au titre certainement inspiré des premières réactions stupéfaites. Car, sans aucun doute, on retiendra surtout ce disque pour l’excellent « Reulf » et son mariage heureux d’abstract hip hop et de shoegazing, l’envoûtant « Bad’Z Pixel » et sa monstrueuse basse slappée, « Anges Recyclés » découpant l’album « La Chair Des Anges » d’Olivier Mellano, et les deux titres bénéficiant de contributions vocales: « La Route Du Rob » clairement hip hop étant donné la présence de Arm (Psykick Lyrikah) et Iris (Soul Sodium), et « No Wasting Time » sur lequel on retrouve avec surprise une Laetitia Sheriff prise au jeu de Death In Vegas

Robert Le Magnifique ne se sera donc jamais aussi bien porté. Plus ouvert et inspiré que jamais, il apporte avec ce « Oh Yeah Baby » la touche la plus rock et incisive d’une discographie qui n’a certainement pas fini de se dévoiler, tout en rappelant à qui veut bien l’entendre à quel point la musique a du bon quand elle ne se cantonne pas bêtement à la simple définition des genres. Robert le sait depuis des lustres, et l’illustre de mieux en mieux à chacun de ses disques

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire