Rob Sonic – « Sabotage Gigante »

Sabotage Gigante[Album]
24/09/2007
(Def Jux/Pias)

Depuis « Telicatessen« , son premier album solo sur lequel les fans nostalgiques de Sonic Sum se sont littéralement jetés, Rob Sonic est resté très discret, offrant seulement une bonne poignée de featurings sur quelques albums de choix. À croire que l’imposant Mc a accumulé inspiration, force et énergie comme pour tout donner sur ce « Sabotage Gigante », un disque en tout point réussi, et qui redonne encore un peu plus de poids au label Def Jux, déjà bien loti cette année avec les excellentes livraisons d’El-P et Aesop Rock.

Car en un peu plus de dix titres, notre homme saute bien haut et atterrit les deux pieds dans le plat, déversant un flow tout en apnée (« Ready Aim Shoot »), intense et énergique, sur des productions qui se plaisent à ne pas passer par quatre chemins, qui risquent de vous déboulonner les cervicales avec leurs beats sans équivoque et des sonorités très rock (« Teeth Eat Her »). Pas étonnant, puisque quand on creuse un peu la vie mouvementée de Rob Sonic, on l’entend clamer haut et fort autant d’intérêt pour le punk que le hip hop. Mais « Sabotage Gigante » n’est en rien un de ces albums qu’on qualifie de fusion, plus souvent bien passables que réussis. Non, le new yorkais originaire de Washington donne dans un véritable hip hop, remonté à bloc, et poussant les aiguilles de l’ampli dans le rouge vif

Et, rien à dire, ce nouvel opus est une oeuvre complète, totalement représentative de son géniteur, au point que le nombre de featurings habituellement conséquent sur ce genre de disque est ici réduit à deux collaborations: celles d’Aesop Rock (« Smoke If You Got’um ») avec qui il travaille régulièrement que ce soit au profit de l’un ou de l’autre, et de Busdriver dont le flow incontrôlable ne pouvait que convenir à un tel décor musical. Pour le reste, c’est de la « self made music », un étalage de talent de la part de celui qui s’adonne sans relâche à la production depuis 1999 et qui a déjà prouvé tout son talent de Mc au sein de Sonic Sum (doit-on encore vous rappeler que « Sanity Annex » reste encore aujourd’hui un incontournable du genre?)

Du coup, la MPC en prend un sérieux coup dans la tronche (« Rock The Convoy »), les basses saturent et accentuent cette ambiance glaciale (« Brand New Vandals ») omniprésente tout au long de l’album, les samples se montrent incisifs (« The Under Over »), les productions sont généralement très riches, ne laissant aucun moment à l’auditeur pour se remettre de ces pavés qu’il prend dans la tronche une fois chaque titre achevé

On entend déjà certains critiquer une certaine linéarité tout au long de ce « Sabotage Gigante » (aurait-il zappé l’excellent « Dead As Disco » légèrement plus électro?), un moindre mal pour un album généreux et spontané qui n’a pas fini de faire vibrer les enceintes. « Sabotage Gigante » raye « Telicatessen » de la carte, et n’a absolument rien à envier aux « I’ll Sleep When You’re Dead » et « None Shall Pass » de ses acolytes. 2007 restera incontestablement l’année Def Jux, le label pouvant fortement espérer de placer ces trois références sur le podium de l’année. Hat trick

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire