Rivers Cuomo – « Alone »

Alone[Album]
17/12/2007
(Geffen/Universal)

Rivers Cuomo est un personnage à part, finalement assez éloigné de ce qu’il peut proposer avec Weezer, le groupe qui l’aura fortement aidé à se faire un nom. En son sein, il possède un sens très développé pour une pop aussi simple que mélodique, au feeling adolescent et à l’ambiance guillerette. Tout ce que le frontman n’est pas à vrai dire, lui que la célébrité fait fuir au plus haut point, et qui possède une personnalité aux réactions souvent incompréhensibles. En gros, Cuomo est de ces rockeurs qu’il faut pouvoir suivre, et qui, comme exutoire, ne trouve que la musique. Et même si Weezer n’est pas d’une régularité exemplaire quand il s’agit de sortir des disques, le bonhomme ne compte pas ses heures quand il s’agit de travailler, composer, n’hésitant pas à se lever tous les jours à l’aube pour être le plus productif possible. De la matière, Rivers Cuomo en a donc accumulé. Assez pour pouvoir proposer une collection de titres solo, comme pour faire patienter avant la sortie d’un nouvel album du combo l’an prochain

« Alone – The Home Recordings Of Rivers Cuomo », un titre qui en dit déjà long. Partant de 1992 à 2007, s’arrêtant quand même plus longuement sur les années 90, ce disque reflète de manière plus ou moins chronologique, toutes les facettes musicales de son auteur, du songwritter romantique des débuts à une véritable machine à tubes confirmée sur le dernier « Make Believe » de Weezer. D’où une qualité de son inégale sur ces dix-huit titres, faisant le grand écart entre la cassette à la bande abîmée et les studios professionnels

La période précédant un quelconque album de Weezer ouvre le bal, avec six titres, dont une intro, deux reprises (« The World We Love So Much » de Gregg Alexander, « The Bomb » de Ice Cube), la toute première version du tube « Buddy Holly » (titre déterminant du premier disque), et « Lemonade » et « Chess » qui n’auraient pas démérité leur place au tracklisting final. Suivent quelques titres qui figuraient sur « Songs From The Black Hole » (« Longtime Sunshine », « Who You Callin’ B****? », l’excellent « Blast Off! »), opus qui ne verra jamais le jour et dont le contenu est aujourd’hui apparu sur diverses compilations ou sites internet de fans. La période de hiatus de Weezer aura finalement été, elle aussi, assez salvatrice pour Cuomo qui pondait alors, seul de son côté, quelques morceaux fidèles à son registre connu de tous (« Lover In The Snow », « Crazy One »). Voilà qui, avec le recul, laissait pressentir une seconde vie pour le groupe, arrivé aujourd’hui à l’aube d’un sixième album. « This Is The Way », frais et léger, qui ouvre la dernière ligne droite, devait d’ailleurs en être. Lui succèdent une incartade plus musclée qu’à l’accoutumée avec le groupe Sloan (« Little Diane », reprise de Dion), et la ballade « I Was Made For You », sauvée des chutes de « Make Believe »

Certes intéressant malgré une petite poignée de titres à l’intérêt mesuré, « Alone – The Home Recordings Of Rivers Cuomo » s’adresse pourtant aux fans les plus endurcis de Weezer, comme aux aficionados d’une pop que le bonhomme aura su s’approprier avec le temps. Les autres, refroidis par une production laissant (forcément) à désirer, attendront plus patiemment la prochaine apparition de Weezer, que l’on sait être passée entre les mains du génie Rick Rubin. Tout en gardant la conscience tranquille.

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire