Ris Paul Ric – « Purple Blaze »

Purple Blaze[Album]
01/01/2005
(Academy Fight Song/Import)

Oui, vous aurez le droit de nous conspuer pour avoir mis autant de temps à vous parler de cet album de Ris Paul Ric. Et pour cause, puisque nous avons toujours suivi de très près Q And Not U, combo dance punk si excitant du label Dischord. À notre décharge, jamais nous n’aurions cru ses musiciens capables de rebondir aussi vite après qu’ils aient annoncé la fin de leur projet phare

Car Ris Paul Ric n’est autre que ChRIStopher PAUL RIChards, frontman efficace et donc marquant de nos chers disparus. « Purple Blaze » est donc sa première apparition solo datant d’il y a maintenant deux ans, et qui n’a pas encore connu de suite à l’heure où l’on vous parle.Ici, il réadopte cette même approche musicale et de composition qui a fait les belles heures de Q And Not U. Sauf qu’il a cette fois préféré jouer acoustique, et sonner comme un très bon album né d’une session d’enregistrement maison

Ris Paul Ric alterne donc les influences comme pour mieux aplatir sa plus belle carte, celle d’une diversité couplée à une véritable personnalité musicale. Ainsi, folk, funk, quelques ajouts électroniques, et ce chant immédiatement reconnaissable pour qui a croisé son précédent groupe, sont les matières premières de ses douze premiers titres. Pourtant, si la patte du jeune homme est clairement discernable ici, y compris dans un contexte acoustique qui n’était pas gagné d’avance, « Purple Blaze » est un disque en tout point surprenant et rafraîchissant, définitivement proche du tout dernier « Power » qui restera le dernier testament de Q And Not U (« Purple Blaze », « Demo Was a Runaway »)

On passera donc sur les quelques interludes se voulant expérimentales mais au final trop peu surprenantes (« DyCn », « Up In My Window », « PIBz »), pour s’arrêter plutôt sur les véritables et belles chansons qui ornent ce premier album. De celles-là, on se laissera volontiers emporter par les mélodies accrocheuses et l’ambiance particulière de « Hanging From The Grapevines » et de l’excellent « Colonialism », la couleur Prince/Jackson/Timberlake de « Run Up Wild On Me », et les légers et délicats « I Wish You Love Me » et « Valérie Teardrup »

L’énergie n’étant plus là, Ris Paul Ric n’emmènera sûrement pas avec lui la majorité d’un public qu’il aura fidélisé ses dernières années. Mais en restant en marge d’une nouvelle scène folk en plein essor grâce à une forte personnalité, il séduira certainement une autre frange du public avide de nouveauté. Mais qu’elle fasse vite, car un deuxième album pourrait rapidement arriver, et avec lui une évolution qui ne fait pas de doute de la part d’un musicien connu pour ne pas se reposer sur ses acquis

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire