Revo – « Artefacts/… »

Artefacts/...[Album]
05/05/2008
(Jarring Effects/Discograph)

L’appellation electro rock n’a du bon que pour les journalistes tentant tant bien que mal de situer un disque. Même si, on vous l’accorde, le terme n’est pas des plus précis, que le rapprochement de ces deux genres musicaux ne dépend finalement que de l’ampleur du fossé les séparant et dont seuls les musiciens peuvent décider de l’importance. Pour preuve, loin des clichés hype du moment, de ces groupes qui décident de faire de l’electro avec des guitares, ou du rock à base de machines, Revo a lui aussi choisi d’évoluer entre ces deux balises, bien éloignées l’une de l’autre.

En provenance de Morlaix, patelin breton aussi minuscule que musicalement actif (Abstrackt Keal Agram devenu Tepr et Fortune, le festival Panorama…), le duo immortalise ses deux premières années d’existence avec « Artefacts/… », un premier album laissant la part belle aux programmations électroniques et aux guitares, mais avec assez d’expérimentations pour ne pas finir en couverture de Trax. Sombre, tendu, futuriste, un brin mélancolique pour l’ambiance; dub, electro, rock, noise, indus pour les influences; c’est un peu cela, dans le désordre, qui nous attend tout au long de cette douzaine de titres rappelant notamment les délires les plus bruitistes d'(Ez3kiel, comme un Raoul Sinier ayant décidé de lever le pied sur l’electronica

Ainsi, « Artefacts/… », bien foutu sans pouvoir se vanter d’une originalité à toute épreuve, sème derrière lui quelques petites bombes à l’effet escompté: le contrasté « Mcmlxxx » d’ouverture marie jolies finitions électroniques, sonorités mutantes, à de véritables déflagrations; « Wire » finit carrément en autoroute indue jonchée de zombies… Revo affiche donc la couleur dés l’entame, au risque d’assommer l’auditeur non averti qui trouvera ensuite en « Adversaire » un oasis de repos avant de replonger, s’il en a encore la force, dans quelques cascades de saturation sans équivoque (« Le Miel Est Plus Doux Que Le Sang », « Energie!!! ») et finalement trop systématiques pour ne pas rappeler qu’on est là en présence d’un premier album. Une leçon que Revo devra retenir, car avec une recette aussi répétitive et des titres à ce point prévisibles, il pourrait bien figurer lui aussi au rang de ses propres victimes

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire