Reveille – « Broken Machines »

Album
(Clapping Music)
19/06/2013
Indie rock

Ce n’est pas la première fois que l’on croise François Virot. Il faut dire que le contraire aurait été étonnant tant le bonhomme n’est pas du genre à se tourner les pouces, bien occupé qu’il est entre ses multiples projets. Quand il n’officie pas avec son frère Charles et Amélie Lambert au sein de Clara Clara dont le retour est prévu en début d’année prochaine, le lyonnais retrouve Lisa Duroux (batterie, chant) pour faire sonner Reveille. C’est donc trois ans après « Time And Death », un premier album enregistré peu de temps après son baptême, que le duo refait parler de lui. Sous le bras, un « Broken Machines » forcément plus abouti que son prédécesseur, mais qui ne perd pas de vue les deux rails qui font avancer ses auteurs: une totale liberté débouchant sur un plaisir qui s’entend, et un héritage des sacro-saintes années 90 assez bien digéré pour être recraché avec originalité le temps d’une douzaine de morceaux frappés de la simplicité et de l’intensité d’alors (« Modern Pain », « No Goal », « Reality »), trop humbles et subtils pour mettre en avant une complexité pourtant bien réelle (« Revenge », « Circle Scenario »). Des titres évidents comme l’excellent « We Came Alive », « Long Distance Runner » et « Horses That Never Lose » en sont d’ailleurs les meilleures illustrations, et montrent la voie à un opus qui permet encore à quelques influences de pointer du nez. Au détour de quelques riffs, de certaines mélodies, ou plus généralement d’ambiances, on pense ainsi aux Pixies, à Sebadoh, ou à Blonde Redhead, mais Reveille affiche assez de respect envers ses aînés pour ne pas en proposer qu’un simple mix. Les années 90 ont beau avoir le vent en poupe, le duo lyonnais préfère leur rendre hommage plutôt que de les dépouiller. Beau joueur.

itunes6

En écoute intégrale

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire