Report Suspicious Activity – « Destroy All Evidence »

Destroy All Evidence[Album]
29/09/2008
(Alternative Tentacles/Import)

Alors que l’heure est à la prise de position en ces temps d’élections présidentielles américaines, logique que Report Suspicious Activity prenne part au débat, lui qui depuis maintenant trois ans a fait des politiciens de son pays sa cible préférée, et de les piquer à vif son cheval de bataille. Mais, si la démarche n’a rien d’originale tant d’innombrables groupes y ont sombré dans la mégalomanie, l’impact de RSA va bien plus loin puisqu’opèrent à son bord quelques grands et vieux pontes de la scène indie US venant crédibiliser le propos

Au volant, Vic Bondi, autrefois frontman de Articles Of Faith, à ses côtés Darren Zentek et Erik Denno (respectivement batteur et guitariste de Kerosene 454), mais aussi le brillant Jay Robbins, passé par Jawbox, Burning Airlines, Channels, et producteur reconnu. C’est d’ailleurs lui qui s’est collé derrière les manettes pour offrir à ce « Destroy All Evidence » ce son sec et angulaire, immédiatement reconnaissable. Pas un mal, d’autant que le groupe, toujours aussi remonté, a légèrement arrondi les angles suite à la récente intégration de Denno, prenant ainsi quelques distances avec ses premiers pas, plutôt hardcore, auxquels il faudra désormais y ajouter un « post » bien justifié

Car, pour la bonne oxygénation de ce disque, le quatuor a eu la bonne idée de se partager le chant, Jay Robbins et Erik Denno venant parfaitement contrebalancer la voix rageuse de Vic Bondi (« Bush Is Brezhnev », « Backbite », « Painted Corner », « The Long War ») par leurs mélodies héritées de leur background indie (les brulants « Sinking Now », « All American Massacres » et « Dreamland »). À tel point qu’on vous pardonnerait quelques confusions, comme s’il vous prenait l’idée d’associer, par exemple, « Goldstein » ou « The Loyal Opposition » à Burning Airlines

C’est dans ces moments-là que Report Suspicious Activity se montre le plus plausible, l’aspect frontal n’étant pas toujours le meilleur moyen de faire entendre ses revendications. Testez avec le régénérant et acoustique « Day After Day » (en version électrique sur « Wraiths ») arrivant après une entame musclée, presque trompeuse, ou le brillant et mélodique « Destroy All Evidence » qui donne également son nom à l’album. C’est ainsi que, en quinze points que comprend ce programme musclé, le quatuor retourne comme une crêpe le pouvoir en place et lance un avertissement au futur heureux élu. Quant aux électeurs, ils ne pourront pas dire qu’ils n’étaient pas informés

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire