The Incredible Bongo Band – « Bongo Rock »

Bongo Rock[Album]
19/02/2007
(Because/Wagram)

Nous sommes en 1972, le premier choc pétrolier ne va pas tarder à plonger le reste de la décennie (et les suivantes) dans une profonde désillusion économique et sociétale. Mais pour l’heure, la planète encore insouciante danse ici ou là sur les rythmes funky des JB’s, sur les grooves musclés de Fela Kuti, sur la salsa nuyoricaine de la Fania All Stars ou sur le sax chaloupé de Manu Dibango

C’est dans ce contexte musical qu’un cadre de la MGM, Michael Viner, est chargé de composer la BO d’un obscur film de série B… En pleine vague Blaxploitation, Viner convoque alors une escouade de requins –blancs- de studio (dont le batteur d’Eric Clapton et une solide section de percussions afro-cubaines) pour écrire ce qui deviendra, presque ironiquement, une page importante de la musique noire américaine

Le label londonien Mr Bongo, spécialisé en musiques latines et funky (en licence chez Because pour la France), réédite aujourd’hui les deux seuls albums du Incredible Bongo Band, même si ce groupe n’en a jamais vraiment été un à proprement parler (d’innombrables musiciens sont venus y apporter leur grain de sel, y compris les deux ex-Beatles John Lennon et Ringo Starr…). « Bongo Rock » (1973) et « The Return Of The Incredible Bongo Band » (1974) sont donc compilés ici sur une même galette, auxquels s’ajoutent deux remixes en bonus tracks (dont l’excellente relecture de « Apache » par Grandmaster Flash)

Pour la petite histoire, les morceaux « Bongo Rock » et « Bongolia », présents sur la BO du film, feront un véritable carton en 45-Tours. Les deux albums qui suivront n’auront, en revanche, pas tout à fait la même chance et atterriront assez rapidement dans les bacs à solde des disquaires… avant d’être redécouverts dans les premières block parties du Bronx, quelques années plus tard, grâce à un certain Dj Kool Herc. Le jeune jamaïcain avait en effet remarqué que la foule entrait littéralement en transe pendant certains breaks de batterie des morceaux funk qu’il jouait sur son sound system. Il décida de prolonger cet instant magique en achetant ses disques en double exemplaire, enchaînant alors à volonté les fameux passages en passant d’un disque à l’autre, notamment pour les longs breaks de percussions affolées des « Bongo Rock » et « Apache » du I.B.B. Le break beat était né. Le Hip Hop aussi

La liste des artistes ayant samplé depuis les morceaux de Incredible Bongo Band ressemble au Who’s Who du hip hop, de la jungle naissante et de l’electro: Grandmaster Flash, LL Cool J, Run DMC, Beastie Boys, Ultramagnetic MC’s, The Roots, Jurassic 5, Missy Elliot, Coldcut, Goldie, Portishead, Massive Attack et des dizaines d’autres. L’un des derniers en date n’étant autre que Nas sur son single « Hip Hop Is Dead »..

Ce pillage en bonne et due forme se conforme presque à la logique des choses quand on sait que le succès du groupe de Michael Viner est surtout dû à ses reprises revisitées de chansons pop du début des 60’s, comme le « Apache » des Shadows (sorte de générique de western à la sauce surf), le « Let There Be Drums » du batteur Sandy Nelson (surtout connu à cette époque grâce à la précédente reprise de The Ventures datant de 1963) ou même le « Satisfaction » des Rolling Stones (pourtant moins jouissive que les deux autres)

La musique du Incredible Bongo Band était ainsi une incroyable fusion du chicano rock de Santana (« Raunchy ‘73 »), des délires psychédéliques sonores des babas de Sweet Smoke (« Last Bongo In Belgium »), du fun des groupes de surf music instrumentaux (« Let There Be Drums »), du funk sulfureux de la bande-son de « Sweet Sweetback’s Baadasssss Song » de Melvin Van Peebles (« Sing Sing Sing ») et des envolées de bongos et congas des disques de Ray Barretto ou Tito Puente (« Duelling Bongos »)

En tout, 19 titres qui ont marqué l’histoire des musiques dansantes de ces 30 dernières années. Ce qui ne veut pas dire que ce disque appartient au passé. Au contraire. Posez-le en douce sur votre platine pendant vos petites sauteries entre amis et vous verrez qu’il a encore quelques belles années devant lui..

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire