Sneaks – ‘Gymnastics’

Sneaks – ‘Gymnastics’

Album / Merge / 11.11.2016
Post punk à basse

Un, deux. Un, deux. Un, deux. Un, deux. Le bruit cheap et préréglé de la boîte à rythmes retentit. Le séquenceur est lancé, les lignes de basse peuvent ricocher contre le rideau artificiel de l’électronique avant que ne s’ébranle la voix plate d’Eva Moolchan qui récite pleinement trois lignes de texte, un petit ton de défi en arrière-plan, l’air de dire ‘piss off’. Voici résumé Sneaks, dont le titre liminaire pose les bases d’un disque expédié à toute vitesse, parti de trois fois rien et plutôt très cool.

Un premier effort que Merge a pris soin de rééditer à l’orée de la sortie de ‘Hi Spirits’, la seconde fournée d’Eva Moolchan, et alors même que ‘Gymnastics’ n’avait été jusque là qu’une cassette éditée localement, à Washington, sur Sister Polygon, label dirigé d’une main de punk par le quatuor Priests, avant d’être disponible numériquement grâce à la bonne chine du français Danger Records. Un parcours avec escale, petite transatlantique qui aura au moins permis de refaire place à ce court déshabillé d’émotions d’une quinzaine de minutes.

Une formule à l’efficacité redoutable, sexy et impertinente. Sneaks campe son petit monde fait de lignes de basse persistantes et d’une voix à l’élocution boudeuse et insolente sur un mode minimaliste. DIY d’une autre façon, parce que sans complexe, décharné, ‘Gymnastics’ fait le pont entre l’esprit radical de la scène punk de Washington et le côté efflanqué des premières productions post-punk, à la musicalité raide et synthétique. ‘XTY’ a des relents riot grrl, la faute aux chœurs effrontés. Et toujours cette basse ondulante (‘True Killer’), chaloupée… Eva Moolchan instaure tout du long de cet album un rythme calé sur le rebondi affriolant de la basse (‘Red’), sensuel et désinvolte ; gymnastique de l’audace.

Moins libertaire que rebelle, l’agile ‘Gymnastics’ fait montre d’un beau potentiel, se situant au seuil du monde adulte et hésitant à s’y fourrer complètement. Les moments douloureux sont aussi le lot de la jeunesse, aveu de maturité confessé là avec trouble durant le quart d’heure que dure l’écoute du disque. Un instant de vie à prendre comme il vient, furtivement.

‘Tough Luck’, ‘Down In The Woods’, ‘X.T.Y.’

Tags:
,
No Comments

Post A Comment