Michael Rose – « Warrior »

Warrior[Album]
13/11/2006
(M Records/Nocturne)

Si vous possédez déjà quelques disques de reggae, le nom de Michael Rose (ou Mykal Rose selon les époques) vous dit sûrement quelque chose. Dans le cas contraire, sachez qu’il a été le leader de Black Uhuru, un des plus grands groupes de reggae. Avec Puma Jones, Duckie Simpson et Sly & Robbie, ils ont écrit en leur temps quelques hymnes qui ont marqué à jamais l’histoire de cette musique. Ce succès vient de la singularité de la formation. Des compositions en béton et surtout un chant, la marque de fabrique de Michael Rose. Reconnaissable dès les premières intonations, sa voix se caractérise par des influences orientales et quelques interjections sous formes d’onomatopées (« toutou twelves stanoye »)… Un style unique qui en influencera plus d’un, de Junior Reid à Yami Bolo

M records, derrière lequel se cache Twilight Circus Sound System, n’en est pas à son coup d’essai non plus, le label fêtant ses dix ans cette année. Dix ans au cours desquelles il a entretenu la flamme d’un reggae de qualité. Ses collaborations réussies avec l’ancienne et la nouvelle génération de chanteurs ont démontré tout son sérieux

Ajoutons au dossier que ce « Warrior » n’est pas non plus la première rencontre entre le leader de Black Uhuru et M Records. Après plusieurs maxis, un album intitulé « African Roots », salué par la critique pour son sérieux en son temps et qui avait eu les honneurs d’une déclinaison dub, avait déjà marqué la coopération entre les deux. Qu’en sera-t-il pour celui-ci? Il est fort à parier qu’il en soit de même

La première impression qui se dégage de ce nouvel opus est l’ambiance très Black Uhuruienne de l’ensemble. Il est clair que les riddims ont été construits avec cette idée-là en tête, et ceci au delà du fait que l’on retrouve Sly & Robbie derrière. Le « Warrior » d’ouverture (et qui donne aussi son nom à l’album) est un véritable hymne. La voix de Michael Rose y fait des merveilles et semble nous replonger dans les 80’s en pleine période Black Uhuru. La suite n’est pas en reste. « Youth Nowadays », « Solid Ground »… Des titres qu’auraient pu composer le groupe à sa meilleure époque

Mais ne nous méprenons pas, il ne s’agit pas d’une copie de Black Uhuru, mais d’une influence assumée. Les dix titres qui composent ce nouveau disque possèdent tous une identité évidente qui leur garantit leur intégrité. Le seul bémol, si jamais il en fallait un, serait à l’encontre de Michael Rose lui-même. Certes, son chant provoque toujours son petit effet, en particulier lorsque l’instrumentation tourne aussi bien que sur cet album, cependant, il parait en légère retenue. Il semble ne pas se lâcher complètement. Alors impression personnelle ou volonté du chanteur d’utiliser un peu moins ses artifices qui peuvent agacer certains à la longue? Chacun pourra se faire sa propre opinion. Mais ce petit point négatif ne vient en rien gâcher l’exercice. Dix titres de pure roots music!

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire