Melvyn Price – « Rhythm n’Blues »

Rhythm n'Blues[Album]
07/07/2008
(Waxpoetics/Import)

Crée à Brooklyn en 2002 et spécialisé dans la culture afro-américaine et hip-hop, le magazine Wax Poetics s’est très vite imposé comme une véritable institution dans le monde de la presse musicale. Et il y a de quoi… A raison d’un numéro tous les deux mois, le mag présente en effet une ligne éditoriale d’une qualité rare, perceptible dans la diversité et la cohérence des articles qui le composent. Mais l’activisme de Wax Poetics ne s’arrête pas là. A côté de la mise en place d’une émission de radio, les fondateurs du journal ont également lancé un label spécialisé dans des rééditions jazz-soul-reggae ultra pointues, dont ce « Rhythm & Blues » signé Melvyn Price donne un aperçu pertinent

Originaire du Michigan, ce tromboniste-joueur de conga (instrument de percussion cubain) s’exila en Suède face aux tensions politiques grandissantes aux Etats-Unis à la fin des années 60, marquée notamment par l’assassinat de Martin Luther King en avril 1968. C’est donc loin de sa terre natale que le musicien signa en 1974 « Rhythm & Blues » (initialement sorti sur son propre label, Meldor). Pièce maîtresse de son oeuvre, Price y est accompagné des meilleurs musiciens de jazz scandinaves, ainsi que d’une poignée de percussionnistes latino-américains, venus ajouter leurs vibrations chaudes à son afro-jazz inspiré

Indéniablement, les six titres instrumentaux de ce « Rhythm & Blues », dont trois dépassent les sept minutes, portent la marque de leur époque, dans des sonorités tutoyant volontiers le funk et la soul sur fond d’improvisation jazz. Les percussions y sont à l’honneur, ancrant ainsi le son de Melvyn Price dans des influences résolument africaines qui côtoient de délicieuses nappes de piano jazzy chargées de « blue notes » (« Voodoo Love Dance » en est un parfait exemple), et des solos de cuivres du plus bel effet (« Behind Kungstradgarden »). Les ondes latines sont aussi au rendez-vous dans cet opus d’exception, comme en témoignent l’enivrant « Toward Brazil » portant admirablement son nom, ou un « Happiness Is… » débordant de richesses mélodiques, tandis que « Five O’Clock Traffic » offre un inclassable et frénétique hommage à la conga

Un constat s’impose: des rythmiques tranchantes et énergiques à la délicatesse vibrante des cuivres, tous les éléments sont réunis pour faire de ce « Rhythm & Blues » un album de grand jazz. Cette quatrième sortie de Wax Poetics Records ne fait donc que confirmer l’excellence de ce label associé au journal éponyme, qui a choisi de remettre au goût du jour de fabuleux classiques encore méconnus du vaste monde de la soul music et de ses dérivés. Les jazz addicts y trouveront forcément leur compte, de même que tous les assoiffés de revival en ces temps impitoyables pour la musique..

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire