Rapper Big Pooh & Nottz – ‘Home Sweet Home’

Album / Mello Music Group / 13.11.2015
Hip hop

Les albums de rap qui ne comportent pas plus d’un producteur à leur crédits deviennent rares, sans parler des pléthores de featurings qui nuisent à l’identité d’un ensemble. Pourtant, on l’a bien vu en 2014, parmi les long formats ayant rencontré un large succès critique (‘Run The Jewels 2‘, ‘Pinata‘), la formule un producteur/un mc  est celle qui fonctionne souvent le mieux. C’est dans ce même esprit de cohésion que ‘Home Sweet Home’ se présente, et le résultat fonctionne très bien.

Originaire de Virginie, Nottz a produit pour Busta Rhymes, Rah Digga, Kanye West, Scarface, Pusha T, M.O.P. ou encore Edo.G. Dj Premier le considère comme l’un des producteurs les plus sous-estimés du moment, tandis que 9th Wonder a dit un jour de lui qu’il était le meilleur beatmaker sur terre. Depuis son album ‘You Need This Music’ en 2010, Dominick Lamb (de son vrai nom) ne cache pas son intérêt pour la musique de feu J Dilla. En 2015, l’influence du producteur de Detroit se fait toujours sentir, mais Nottz continue de souligner son identité : des batteries lourdes et puissantes, des choix de samples souvent audacieux, un goût pour les orchestrations sophistiquées, et un sens de la découpe chirurgicale mais toujours au service du groove.

De son coté, Rapper Big Pooh (lui aussi originaire du sud-est des États-Unis, et membre du groupe Little Brother) livre probablement sa meilleure performance solo après un Ep efficace avec Apollo Brown sorti au mois de mars dernier. La famille, la spiritualité, le crime, les souvenirs d’adolescent… Le rappeur explore des thématiques qui alternent légèreté et gravité entre l’intime et le monde extérieur, et nourrissent des textes concis, servis par un flow précis, souvent décontracté mais jamais ennuyeux. En bon mc, Big Pooh sait également rajouter un degré d’intensité quand cela s’y prête, comme sur ‘300z’, soutenu par une instrumentale riche et robuste. Entre le producteur et le rapper, l’alchimie fonctionne sans difficultés, et contribue à faire de ‘Home Sweet Home’ un disque cuisiné avec attention, un album soulful et généreux qui ne risque pas de vous laisser sur votre faim.

À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire