Raoul Sinier – ‘Late Statues’

Album / Autoproduit / 16.03.2015
Sous les pavés, le Ra

C’est l’heure! Sur son petit rythme immuable d’un album tous les deux ans, Raoul Sinier est (déjà) de retour pour épancher sa soif de productivité, avant même qu’on ait trouvé de nouveaux mots pour décrire sa musique. Si besoin en était car, après tout, le parisien ne sonne pas non plus la révolution avec ‘Late Statues’, un nouvel opus qui – à l’instar de ses prédécesseurs – reprend les choses là où le dernier les a laissées, en prenant bien soin de rester cohérent sans pour autant se répéter.

Ainsi, alors qu’en 2013 ‘Welcome To My Orphanage‘ trahissait comme une volonté de s’aérer l’esprit après avoir longtemps tiré l’auditeur plus bas que terre, il semble que l’oxygénation n’ait pas duré: à l’écoute de cette nouvelle salve, Sinier renoue avec l’obscurité, la tension, le malaise (‘Stones & Rocks’), et ne laisse plus parler ses récentes velléités pop que pour rétablir quasi-systématiquement un certain équilibre (‘Hello My World’, ‘Camouflage’, ‘Human Statue’) après chacune des pulsions bestiales qui n’étonneront aucun de ses plus vieux fans (‘Good Times’, ‘New Horn’).

Partagé entre electro hip hop aux mélodies plus ou moins lointaines (‘She Has a Gun’, ‘Wanderer’), et un registre plus bruitiste et agressif (‘Good Times’, ‘New Horn’), l’album – à l’exception de ‘Vestige’ et ‘Wrecks And Dust’ – est sans cesse parcouru par un chant désormais pleinement assumé, auquel Raoul Sinier n’octroie plus systématiquement un certain confort. De fait, il humanise les productions autant qu’il noie le poisson, et souffle le chaud et le froid sur l’oeuvre la plus personnelle de l’artiste à ce jour. En attendant la prochaine qui, si l’on suit la logique, devrait ne plus faire aucun cadeau.

‘Stones & Rocks’, ‘Hello My World’, ‘Journey With The Vixen Queen’, ‘Wrecks And Dust’

À lire ou écouter également:

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire