Radiohead – « TKOL REMIX 1234567 »

radio180Album
(Autoproduit)
10/10/2011
Revu et corrigé

Habitués à faire jaser, à surprendre tant sur la forme de leur musique que sur son fond, les cinq compères d’Oxford s’offrent une version totalement remixée de « The King Of Limbs« , un dernier album qui laisse aujourd’hui penser qu’il a été composé dans le but d’être un jour revu et corrigé. Difficile d’en douter d’ailleurs tant on connait l’intérêt de Thom Yorke pour la musique électronique, maintes fois démontré à l’occasion de diverses collaborations. La plupart, comme une poignée d’autres producteurs en vue, sont d’ailleurs présentes au tracklisting de cette compilation contrastée, regroupant les sept Eps sortis régulièrement depuis le début de l’été dernier.

C’est Caribou qui ouvre brillamment la marche en faisant de « Little By Little » une douce balade feutrée tirant vers l’electronica, relayant le chant en arrière plan pour mieux souligner la jolie mélancolie née de l’instrumentation. Un écran de fumée malheureusement puisque, partagée entre ennui et indigestion, la suite sera moins palpitante, notamment lors des diverses revisites de « Bloom » proposées par Harmonic 313, Mark Pritchard, ou Blawan, tous tombés dans l’excès de l’exercice en noyant l’essentiel de l’original.

Mais tout n’est pas si sombre. « TKOL RMX 1234567 » passe aussi par des titres intéressants et réussis, offrant de belles plages rythmées (« Feral » par Lone), comme une approche plus conceptuelle et plus brute (« Good Morning Mr. Magpie » par Nathan Fake) redonnant de la fougue sans forcément déconstruire. Cette même logique est d’ailleurs adoptée par d’autres, enclins à une douceur exemplaire, axés sur des créations ambiantes souvent gagnantes, faites de superpositions de voix, de rythmes abyssaux noyés de synthés (« Bloom » par Jamie XX, « Give Up The Ghost » par les Brokenchord, ou encore le somptueux « Separator » par Four Tet). En bout de course, une fois régulièrement passé de l’enthousiasme à la déception (on a connu Modeselektor plus inspiré, par exemple), le décidemment talentueux SBTRKT se charge de clôturer l’affaire sur une excellente note avec « Lotus Flower », titre superbe, à l’atmosphère parfaite, imparable à tous niveaux.

Casse gueule depuis toujours, le remix a donc laissé sa loi peser sur ce disque. En effet, s’il permet souvent de redécouvrir un morceau, de lui donner de nouvelles dynamiques, et de souligner de nouveaux mouvements, il peut aussi virer au désintérêt total quand il n’est pas maitrisé. Voilà deux options radicalement opposées mais bien présentes ici, qui ne pardonnent pas quand la matière première est l’oeuvre de Radiohead, monument indétrônable d’une certaine avant garde pop, connu pour son incontestable finesse. Celle qui se perd pourtant à plusieurs reprises au cours de ces dix neuf titres balançant entre electronica, ambiant et minimale, et dont pas mal contribuent finalement à l’impression bourrative laissée par ce disque. Moins long n’aurait pas été moins bon.

Disponible sur
itunes26

En écoute

À lire ou écouter également:

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire