Qwel & Jackson Jones – « Dark Day »

Dark Day[Album]
11/10/2005
(Galapagos4/Import)

Bien connu du public hip hop underground, encore plus depuis qu’Anticon a littéralement décomplexé une scène aux sons « cheap » mais originaux, Qwel en est aujourd’hui à son quatrième album solo élaboré cette fois en compagnie de Jackson Jones, producteur aux versions mélancoliques et glauques, idéales au profil de Mc que le chicagoan incarne. Car les thèmes abordés par Qwel ne débordent pas d’optimisme: il se penche cette fois sur l’importance de connaître son passé pour ne pas répéter sans cesse les mêmes erreurs, et plus précisément sur les aspects de l’humanité qui tendent à nous détruire, c’est à dire la politique, le manque d’unité, l’égoïsme pour ne citer que quelques uns des points sensibles de son discours. Musicalement, « Dark Day » n’a jamais été un titre si parlant: le duo balance douze titres lourds et lents, pour ne pas dire pachydermiques (« Blood From The Stone »), et souvent saturés qui ne laissent qu’une ligne de piano (« The Ladder Builder ») ou de guitare (« Dark Day Plague Of Nations ») submerger nettement afin d’accentuer la mélancolie omniprésente tout au long de cet opus. Voilà une recette qui à l’habitude de fonctionner, mais le problème est là: « Dark Days » est de ces disques uniquement intéressants pour leur contenu textuel tant ils ne provoquent plus la surprise. Car musicalement, comme dans le flow d’ailleurs, on reste au final avec l’impression d’avoir écouté un Sole peu inspiré. Quand ce n’est pas celle d’avoir à s’enquiller un flan après le hachis parmentier de mémé…

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire