Pypy – ‘Pagan Day’

Album / Slovenly / 17.03.2014
Heavy post punk

Voilà ce qui excite depuis quelques mois le public rock particulièrement burné de Montréal. Emmené par le guitariste Roy Vucino, pour le moins actif sur la scène locale, et les trois quarts de Duchess Says, Pypy sort ‘Pagan Day’: un premier album qui, en ratissant large, ne manque pas de conviction. En effet, le temps de sept titres balancés en une demi-heure, le groupe pioche généreusement dans le heavy metal, le stoner, le punk mais aussi le disco, fait se compléter voix féminine et masculines avec brio, mitraille des riffs souvent assassins sur d’intenses assauts rythmiques. Parés d’un voile quelque peu old school, les quatre évitent difficilement la comparaison avec Duchess Says, mais en offrent une version plus psychédélique qui les rapproche plus volontiers de références aussi surprenantes, qu’efficaces et variées. Pour preuves de cette étonnante diversité, l’entame éponyme convoque à la fois Queens Of The Stone Age et Thee Oh Sees, ‘Molly’ abat plus franchement la carte pop, ‘Daffodils’ rappelle le groove froid et dansant de LCD Soundsystem, quand ‘Too Much Cocaine’ assume pleinement ses airs improvisés et le foutoir halluciné qu’il est. Parfois même, Pypy va encore plus loin en osant le changement de ton à l’intérieur même de ses compositions (‘New York’ partagé entre couplets post punk et refrains heavy), jusqu’à flirter avec l’excellence sur l’abouti ‘She’s Gone’. Pas étonnant que l’hiver québécois soit annoncé moins rude cette année. A consommer jusqu’à la dernière goutte.

‘Pagan Day’, ‘Daffodils’, ‘She’s Gone’

À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire