Pusha-T – ‘My Name Is My Name’

pushaAlbum / Good Music – Def Jam / 08.10.2013
Hip hop

Moitié de l’excellent duo Clipse qu’il compose avec son frère, Pusha-T aura parfaitement su mettre le hiatus du groupe au profit de sa carrière solo qui le voit aujourd’hui signer son premier album pour le compte du label de Kanye West. Parti vassal, il a, de mixtape en mixtape, franchit toutes les épreuves de l’adoubement, pour finalement se voir confortablement épaulé lors de la confection de ce premier opus. Cependant, aux milieux des featurings de prestige et des producteurs renommés, se dessinait un tout autre enjeu qui n’appartenait qu’à lui: voir éclater sa personnalité lors d’un album taillé pour lui.

Autour de cet objectif, ‘My Name is My Name’ se dessine lentement, parfois par fulgurances, d’autres fois par maladresses. Les meilleurs morceaux sont ici forgés dans un minimalisme, une humeur qui les voient flirter non loin d’un passé tout proche avec le magnifique ‘Numbers On The Board’ comme taillé dans le même bloc que ‘Yeezus’, ou celui plus ancien de Compton Most’s Wanted avec le non moins superbe ‘Nosetalgia’. Passé outre ces deux morceaux phares, l’album se divise entre Kanyewesteries (‘Hold On’), et nonchalances west coast (‘Let Me Love You’) qui sonneraient presque comme du Stones Throw.

Entre les deux, Pusha-T joue la bromance sur ‘Who Am I’ (feat 2 Chainz et Big Sean) et s’autorise de doux compromis aux cotés de Future et Pharrell (‘Pain’ et ‘S.N.I.T.C.H’). Malgré ces noms ronflants, l’album ne se détache jamais tout à fait de ces grandes autorités qui forment la colonne vertébrale de chacun des morceaux. C’est à ce moment là que le bât blesse, lorsqu’on se rend compte que Pusha-T refrène presque volontairement une identité naissante, qui finit par s’écraser devant le poids de références trop sévèrement marquées.

‘King Push’, ‘Numbers On The Boards’, ‘Sweet Serenade’, ‘Nosetalgia’, ‘SN.I.T.C.H’

À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire