Propagandhi – « Potemkin City Limits »

Potemkin City Limits[Album]
17/10/2005
(Fat Wreck Chords/Atoll)

Qui ne connaît pas encore Propagandhi, ignore certainement que ces canadiens forment le groupe de vilains petits canards de la scène punk hardcore mélodique. N’allez donc pas croire qu’ils ne sont qu’une formation de plus s’attardant sur des problèmes d’adolescents tels une subite poussée d’acné. Non, avec seulement quatre albums depuis 1993, ces trois anarchistes de Winnipeg, qualifiés de digne relève des Dead Kennedys, partagent leur temps de musiciens à militer pour le pacifisme, la défense des animaux, l’anti-capitalisme, contre l’homophobie et toutes sortes de travers de notre société et tiennent un discours personnel cohérent (au point de ne pas participer à « Rock Against Bush », car pourquoi Bush et pas un autre?) qui n’a jamais changé d’un iota depuis leur début

« Potemkin City Limits », tout comme ses prédécesseurs, n’a pas la langue dans sa poche. Le trio, dont le récent guitariste Glen Lambert, accouche donc d’un nouvel opus forcément attendu par tous les premiers fans de Fat Wreck Chords, clairement rassasiés par toutes ses productions sans fond qui passaient il y a encore quelques années, mais dont on attend forcément plus aujourd’hui. Voilà pourquoi Propagandhi, avec une recette sensiblement similaire, possède une crédibilité indestructible et échappe à l’éternelle redite. Pas étonnant donc qu’à l’écoute de « Potemkin City Limits », nos cervicales s’huilent subitement de nouveau. Le punk des canadiens, toujours colorés d’accents trash métal hardcore 80’s, n’a jamais été aussi efficace. Comme un bon vin, le vieux punk gagnerait il en goût au fil des ans? La récente actualité et la politique américaine de ces derniers mois auraient elles gonflé à bloc l’inspiration de Propagandhi? Tout pousse à le penser. C’est bien simple, « Potemkin City Limits » ne souffre d’aucun faux pas, que les titres soient exécutés pied au plancher (« Impending Halfhead », « Superbowl Patriot XXXVI »), ou étonnement plus posés (« Cut Into The Earth »), ils sont toujours d’une extrême efficacité (notamment le superbe « Fixed Frequencies »), armés de riffs aiguisés et d’un chant qui dégueule de fermeté

C’est bien simple. A écouter cette douzaine de brûlots punk rock colériques, on se surprend à penser que si nos politiciens étaient habités d’une même conviction, la jeunesse se rendrait bien plus volontiers aux urnes. A chaque opus, Propagandhi remet les pendules à l’heure et rassure quant au fait qu’il y a encore des forts en bouche à compenser cette tendance du monde à transformer le citoyen lambda en parfait mouton. Messieurs les bergers, gare aux loups..

Ecoutez un extrait sur le site Fat Wreck Chords

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire