Preoccupations – ‘Preoccupations’

Album / Jagjaguwar / 16.09.2016
Post punk – pop

Il n’est jamais facile ni évident pour un groupe de devoir changer de nom en cours de route, et encore moins juste après avoir publié un premier album unanimement bien reçu par la critique. C’est pourtant la lourde tâche que se sont infligés les membres de Viet Cong suite à une multitude d’attaques et de protestations, mais surtout suite à l’annulation de plusieurs dates à travers le monde. ‘Notre groupe vit pour jouer de la musique. Le nom de notre groupe n’est pas une cause, on ne va donc pas se battre pour lui. Ce n’est pas notre but‘ expliquait la formation canadienne il y a tout juste un an par un simple communiqué. C’est donc en tant que Preoccupations que Matt Flegel, Mike Wallace, Scott Munro et Daniel Christiansen poursuivront désormais leur chemin commun, et c’est d’ailleurs ainsi qu’ils ont décidé de nommer leur nouvel ouvrage, produit une fois de plus par Graham Walsh (Holy Fuck).

Un album qui en effet porte bien son nom. Cette mauvaise anecdote ainsi que le déracinement quasi-constant d’une tournée mondiale peut-être trop poussive ont beaucoup impacté le groupe et notamment son leader Matt Flegel. Un épuisement mental qui le conduirait inexorablement à rechercher une forme de paix intérieure. Et c’est principalement de cela que traite le disque : de préoccupations et de sentiments, exprimés sur des titres explicites tels que ‘Anxiety’, ‘Monotony’, ‘Degraded’, ‘Stimulation’ ou encore ‘Fever’. Musicalement, cette nouvelle mouture est rondement produite, peut-être trop. Preoccupations poursuit sans trop de surprises son exploration post/punk, mais en dévoilant quand même quelques nouveaux apports 80’s, notamment quelques sonorités discrètement électroniques (les batteries martiales de ‘Wallace’ qui sonnent parfois carrément comme des loops électro). De plus, la présence importante – mais très réussie – de synthés et de refrains plus solides que sur le premier opus confère à ce ‘Preoccupations’ une facette plus pop qu’on aurait pu le penser.

En surmontant cette histoire de changement de nom ainsi que l’affect mental qui s’en est suivi, les canadiens parviennent ici à délivrer un album légèrement sombre mais qui comporte néanmoins son lot de fissures laissant entrevoir de belles clartés d’espoir. Les aficionados de la première heure préfèreront sans doute la production plus incisive et lo-fi du premier album, mais ce ‘Preoccupations’ a néanmoins le mérite de confirmer tout le bien que l’on pense de ce groupe. Il se murmure même que les canadiens auraient déjà en tête d’entamer rapidement la préparation du prochain volet…

‘Anxiety’, ‘Monotony’, ‘Memory’, ‘Fever’

À lire ou écouter également:

, ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire