Prefuse 73 – ‘Rivington Não Rio’ & Eps

Album & Eps / Temporary Residence / 05.2015
Abstract hip hop

Quatre ans sans nouvelle d’un producteur réputé hyperactif, c’est plutôt inquiétant. Comme s’il arrivait en retard à un rendez-vous important, Guillermo Scott Herren déboule en courant, du son plein les poches. Son nouvel album ‘Rivington Não Rio’ voit ainsi le jour, accompagné de deux gros EPs, et force est de constater que l’américain revient indéniablement à ce qu’il faisait à la perfection auparavant, un brin de folie en moins. Sous son sobriquet Prefuse 73 qui nous a surtout fait rêver à ses débuts, le musicien ré-endosse cette veste qui lui va si bien, celle du beatmaker qui attache une importance primordiale au détail et à la déstructuration, sans jamais laisser le groove sur la touche.

Même s’il n’atteindra certainement plus le niveau de sa masterpiece ‘One Word Extinguisher’, on sent bien que Prefuse 73 s’amuse de nouveau à désarticuler ses spécimens d’abstract hip-hop mélodiques, sans nécessairement partir dans tous les sens. Plus patient, beaucoup moins pressé, Herren évite de changer son fusil d’épaule à chaque mesure, et préfère trouver une bonne boucle pour la faire tourner et l’enrichir: une méthode à double tranchant qui débouche parfois sur une sensation de répétition, et des idées pouvant tourner en rond, à l’image de ‘Through a Lit And Darkened Path’, berceuse poussive. Pour autant, cette triple sortie parlera aux fans, notamment parce que le producteur s’inscrit (peut-être) malgré lui dans l’actualité avec la bass music éthérée de ‘Inside’, ou les deux superbes chansons teintées de soul que sont ‘Infrared’ (feat. Sam Dew) et ‘See More Than Just Stars’ (feat. Helado Negro).

Prefuse 73 consolide ainsi sa marque de fabrique en déshabillant ses morceaux pour leur donner des textures inédites, sans jamais sonner old-school. Il nous rappelle aussi avec cet album à quel point il a pu être influent, notamment dans son sens du détail précis qu’il met une nouvelle fois à l’œuvre ici sur ‘Jacinto Lyric Range’, ‘Applauded Assumption’, ou sur le trop court ‘140 Jabs Interlude’ sur lequel Milo et Busdriver s’amusent. Plus bruts et moins réfléchis, les deux autres EPs s’écoutent dans la continuité de l’album, alternant trouvailles electronica et recherches sur le beat. Mais toujours de manière singulière, Prefuse 73 rattrape le temps perdu, et ressert ce qui sonnait comme l’excellence électronique il y a douze ans. Ça ne l’est peut-être plus aujourd’hui, mais ça reste toujours bon à prendre.

‘Infrared’, ‘Inside’, ‘140 Jabs Interlude’, ‘Still Pretending’, ‘The High Beams of Modern Survival’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire