Powell – « November Landscape »

November Landscape[Démo]
01/12/2003
(Autoproduit/Autoproduit)

Formé depuis septembre 2003 seulement, Powell, groupe manceau présenté comme simple « récréation » pour chacun de ses membres, accouche déjà d’une démo six titres plutôt encourageante. Citant comme influences Fugazi, Engine Down ou Quicksand, c’est aussi du côté des français de Portobello Bones ou de Sexypop qu’il faut aller chercher quelques ressemblances

« November Landscape » transpire donc une maturité certaine acquise par le biais d’expériences musicales diverses et contrastées. Powell enchaîne les plans simples mais parvient à surprendre l’auditeur par quelques rebondissements bien pensés. « Vietnamese Dream », qui laisse apparaître une dualité du chant à exploiter un peu plus, nous rappelle le Dead Pop Club des débuts (en plus intense), tout comme « November Landscape » qui vire soudainement en arpèges « musesques » sur sa fin. Mais c’est plutôt à partir de « Trap Man » que le quatuor laisse éclater son talent et une vision de la musique plutôt conceptuelle qu’intéressée. Entendez par là, plutôt fouillée que tubesque. En effet, le chant mi chanté mi parlé, les refrains cartons et cette ambiance mélancolique nous laisseraient penser à une nouvelle production lyonnaise, comme « Car Crash » ne dénoterait pas dans un set de Bananas At The Audience. « November Landscape » se termine sur « Tuesday » et « The End Of The Rainfall », dans un genre plus accessible, mais tous deux dotés d’un feeling qui fait mouche comme le prouve le monstrueux chorus de ce dernier titre

N’exagérons pas quand même, Powell n’est pas la grosse surprise de l’année et doit passer quelques révisions pour se rapprocher de la perfection. Mais à écouter ces six titres (en boucle), variés et homogènes, on se demande ce qu’attendent les manceaux pour faire de ce projet un job à plein temps. Car si Le Mans, plutôt habituée récemment à voir éclore des « groupes de lycée », a toujours été plus ou moins productif en matière de rock n’roll, jamais elle ne s’était montrée si musicalement novatrice depuis Fight Da Suckas. Un groupe à ne pas perdre de vue. A bon entendeur

Contact Powell: powellmail@voila.fr

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire