P.O.S – « Audition »

Audition[Album]
31/01/2006
(Rhymesayers/Import)

Il n’est jamais trop tard pour revenir sur un bon album. « Audition », deuxième album de POS après un « Ipecac Neat » sans prétention, méritait en effet qu’on revienne sur son géniteur, un Mc plutôt atypique au sein de la scène hip hop indépendante d’outre Atlantique. Car cet Américain est un vrai punk qui, après avoir officié dans Cadillac Blindside, s’est progressivement tourné vers le rap, grâce à des groupes comme Company Flow, du fait que la scène rock ne l’ait pas forcément toujours accueilli les bras ouverts du fait de sa couleur de peau. Mais POS a cela dans le sang, persévère au sein de Building Better Bombs, et ne se sert ni de sa carrière parallèle, ni de la crête qu’il arborait adolescent comme d’un élément marketing. Non, ce mec n’est surtout pas un artiste cross over, plutôt un vrai multi instrumentiste aux influences allant de Minor Threat à Dr Dre

Son côté punk, on le retrouve sur ce « Audition » à travers une vraie sincérité, une colère sous-jacente palpable à chacun des morceaux et capable de décupler toute sa force et son inspiration. Alors, forcément, à certains moments, les remontées à la surface se font entendre, comme sur « Half Cocked Concept » ou il pose un flow rappelant Sage Francis et Eminem, parfois quelques hurlements, sur des riffs de guitare tranchants et une basse puisée directement aux sources du hardcore. Une touche personnelle qui ne dénote à aucun moment au sein de ces seize morceaux généralement courts, punks, lourds, abrasifs, sans concession et majoritairement produits par le bonhomme lui-même quand ce n’est pas par Emily Bloodmobile, collaboratrice déjà présente sur « Ipecac Neat ». Et comme pour accentuer tout cela encore un peu plus, il a fait appel à quelques invités de choix tels que Slug (Atmosphere), Craig Finn (The Hold Steady), ou Greg Attonito (Bouncing Souls) amenant quelques refrains chantés pour une digestion plus facile (« De La Souls »). Car c’est aussi là que réside le talent de POS qui sait rendre ses influences de jeunesse plus discrètes bien que toujours présentes

Le sens de la mesure est une qualité que peu d’artistes hip hop ont assimilé. « Audition » révèle un POS plus réfléchi, capable de balancer un riff tranchant (« Yeah Right »), un refrain ou une version très rock (« Safety In Speed », Living Slightly Larger »), mais aussi d’être purement hip hop quand il le faut, tout en cultivant sa personnalité. C’est le cas sur les très bons « Stand Up », « Bush League Psyche-Out Stuff (feat Slug) », « Bleeding Hearts Club (feat Slug) », et « Paul Kersey To Jack Kimball ». Et quand cet Américain parvient à marier le tout à la perfection, il balance, sûr de lui, un énorme « POS Is Ruining My Life » capable, comme lui, de réduire les barrières musicales en poussière, et ramener de cet éternel débat sectaire au rang de mauvais souvenir. Un argument un peu utopiste, on le concède, mais « Audition » a tout pour qu’on y croit..

Ecoutez un extrait iciVoir le clip Bleeding Hearts Club

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire