Picore – « Discopunkture »

Discopunkture[Album]
01/01/2004
(Autoproduit/Autoproduit)

Créé en novembre 2001 dans l’entourage du label Jarring Effects, les lyonnais de Picore accouchent d’une musique issue du cocktail fait de sueur, de salive et de sang. Comprenez par là, trip hop, abstract hip hop, rap, spoken word, noise et indus. Tous les éléments d’une oeuvre froide, métallique et violente…née de cordes, de cuivres, de machines et de rimes aiguisées. Difficile alors pour l’auditeur d’éviter l’angoisse qui pèse sur chacun des titres de ce « Discopunkture » hallucinant. Car barré, Picore l’est et apparemment pas que sur disque. Se rapprochant souvent musicalement d’un Lab, d’un Ez3kiel ou d’un General Dub par la lourdeur de sa rythmique et son ambiance oppressante (« The Picnic Beatnic »), Picore crie ouvertement sa démarche à défaire plutôt qu’à refaire. Ici pas de plagiat, mais un univers très personnel ou chacun est libre de profiter de la gratuité du ticket d’accès. Car les traces laissées dans l’esprit de l’auditeur ne sont que le seul prix à payer. On ne ressort pas indemne de cette mixture, sachez le

Ecouter Picore, c’est un peu n’entendre que les échos de la fuite lourde et lente d’un Godzilla (« Nasdaq ») après quelques minutes d’apocalypse, de peur et de cruauté pour ensuite sentir la vie ne revenir que lentement. Mais sûrement. Sa musique se veut lancinante, dubisante, noisy, évolutive pour souvent se transformer progressivement en une drum n’bass froide et cinglante. Cinglante, tout comme les mots que ces oiseaux malsains et multi linguistes viennent poser parfois, que ce soit sur des influences électroniques (« So Core », « Oblong ») ou rock (« Burundi ») mais toujours avec une approche renversante (« Labelize It »)

Qu’ils le veuillent ou non, les lyonnais de Picore seront sûrement étiquettés dub à maintes reprises. Sauf que si tout a été quasiment fait dans le genre, aucun groupe n’avait jusqu’à présent osé baigner cette musique dans autant d’influences rock. Normal me direz vous pour un combo de cette région. Avec « Discopunkture », Picore nous grignote l’oreille titre après titre. Et nous, en bons masochistes que nous sommes, on en tire quelques frissons et on en redemande. Si l’underground français était une caverne d’Ali Baba, on tiendrait certainement là un des gardiens. Labels, tourneurs ou auditeurs, on vous aura prévenu… Picore est un oiseau rare

Album disponible sur le site du groupe

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire