Oxmo Puccino – « Minutes Magiques »

Oxmo Puccino – « Minutes Magiques »

oxmo180Album
(Cinq 7)
15/11/2010
Magie live

Il y a rappeurs et rappeurs: ceux embourbés dans le pathétique, œillères bien calées de chaque côté des yeux, et ceux qui ne se refusent rien, qui ne délaissent jamais le fond au profit de la forme. En hip hop surtout, il y a aussi concert et concert: les authentiques formations Mc/Dj que seuls les plus talentueux parviennent à rendre passionnantes, puis d’autres qui flirtent avec le spectacle, qui s’offrent les moyens de surprendre, comme un groupe de musiciens talentueux pour finir d’appuyer le propos, et rendre le souvenir plus inoubliable encore. Cherchez autant que vous le voulez: en France, vous n’en trouverez qu’un qui marie chaque seconde catégorie.

Depuis ses débuts dans le rap français, plus encore depuis la sortie de l’incontournable « Lipopette Bar » qui le voyait collaborer pour la première fois avec un groupe de musiciens, Oxmo Puccino n’a jamais cessé d’évoluer. Du jazz qui couvait à l’époque jusqu’au récent « L’Arme De Paix » aux reflets plus chanson, l’imposant bonhomme a poursuivi sa route comme il l’entendait, sans concession ni considération du qu’en dira t-on. Et le public a suivi, chez les disquaires comme dans les salles, là ou le Black Mafioso a toujours aimé lui exprimer sa gratitude, faire parler son charisme, afficher son plaisir communicatif du métier, et partager une émotion débordante qu’il ne parvient d’ailleurs pas toujours à contenir.

Sur scène, il se passe toujours quelque chose avec Oxmo Puccino. De ce fait, « Minutes Magiques » – bien qu’inexcusable pour ne pas proposer de vidéo – possède un réel intérêt. Enregistré à La Cigale le 6 mai dernier, à l’endroit même ou la précédente tournée a pris fin, ce live souligne la continuité logique d’une discographie rapidement retracée ici (en atteste l’excellent « Medley 1997-2001 »), en s’attardant un peu plus sur le dernier né, composé avec la scène dans un petit coin de la tête, puis revu et corrigé pour enflammer les planches. Exécution dés l’entame « L’Un de Nous Deux » terminé en effusion de riffs, comme plus tard sur « Black Popaye », puis tout au long du concert, véritable éventail d’émotions conservant une vraie énergie rock en guise de fil conducteur, jusqu’au funk imparable du final « On Danse Pas ».

Sur le papier, on connait donc tout par coeur de ce live. Jusqu’à l’avoir écouté, bu ses improvisations (« Masterciel », « On Danse Pas »), s’être imbibé de ses nombreux moments de partage (« Ou Est Billie? », « Les Unes, Les Autres »), et mesuré ainsi la vraie teneur de l’expérience. Qu’il soit vieux ou récent, on redécouvre alors chaque titre lorsqu’il s’habille d’un groove live (« J’ai Mal Au Mic », « Mama Lova », « Le Cactus De Sibérie »), lorsqu’il bondit aussi du hip hop au rock en passant par le jazz, comme pour aider la troupe à prouver à quel point seule la musique compte pour elle. Car certes, Oxmo Puccino est définitivement un artiste hip hop, mais sans équivalent tant il s’en va constamment – y compris en live – visiter les territoires annexes, qu’ils soient pop (« L’Arme de Paix »), ou même chanson (« Soleil Du Nord » lui a offert le surnom de Black Jacques Brel). A La Cigale, beaucoup y sont passés, mais rares sont ceux à y avoir offert de si beaux moments d’humanité. C’est sûr, l’étoile de son souvenir y brillera encore, et « Minutes Magiques » y sera pour quelque chose.

Disponible sur
itunes16