Owen Pallett – ‘In Conflict’

Album / Domino / 12.05.2014
Pop lyrique

Owen Pallett nous avait laissé sur ‘Heartland’, heureuse première œuvre post-Final Fantasy. Malgré quelques accompagnements de fortune, le Canadien en avait à nouveau profité pour approfondir son exploration minimaliste en solitaire, voire égotique. Cette fois, le violoniste s’ouvre à l’extérieur, simultanément à de nouvelles perspectives. Est-ce l’aide de Brian Eno ou les conséquences de ses pérégrinations avec d’autres groupes (Arcade Fire évidemment mais aussi Grizzly Bear, The National ou The Mountain Goats)? Quoiqu’il en soit, le songwriter dévoile à cette occasion de nouvelles facettes de lui.

Ces considérations autobiographiques sont toujours là mais, pour ‘In Conflict’, Pallett les enveloppe d’un vernis plus précieux. Le plus palpable reste sa fascination pour l’électronique, certes déjà entendu sur ‘Heartland’. Depuis ses collaborations avec Daphni, le Canadien s’illustre par le soin apporté à ses textures et, ici, elles sont pour le moins élaborées (‘Song for Five & Six’, ‘The Sky Behind The Flag’). Articulé autour de sa voix, le lyrisme de ‘In Conflict’ prend un caractère majestueux, sans que son géniteur ne pêche dans la démesure instrumentale. Au contraire, cette symphonie se construit patiemment autour de quelques arrangements, toujours parcimonieux et délicats. Même le violon ne s’arroge pas la part du lion aux détriments des cuivres et pianos.

Enfin, Owen Pallett jouit pleinement de sa faculté à toucher avec des textes dont la résonance dépasse le caractère personnel (‘On the day that you find your thirties have left you childless, remember when you meet your coupled friends with unease, the world will forget all the good they have done‘ chante t-il ainsi sur le grandiose ‘The Riverbed’). Plus que jamais, le Canadien nous émeut. L’ironie veut qu’il atteigne son firmament au moment où l’histoire de ses amis d’Arcade Fire n’est plus aussi enchanteresse. Nul doute qu’avec autant de beauté, ‘In Conflict’ devrait en résoudre plus d’un.

‘The Sky Behind The Flag’, ‘The Riverbed’, ‘Infernal Fantasy’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire