Operation Ivy – « Energy »

Energy[Album]
05/11/2007
(Hellcat/Pias)

Operation Ivy, c’est Tim Armstrong (guitare/chant), Matt Freeman (basse/chant), Dave Mello (batterie/chant) et Jesse Michaels (chant), quatre musiciens qui auront marqué le punk rock d’une empreinte indélébile. Dans les années 80, ces quatre garçons jonglaient entre les petits boulots et les groupes: Dave officiait dans Distorted Truth et Dalbi Conspiracy, tandis que Matt et Tim ont toujours suivi un parcours identique au sein de The Noise, The Uncool, Primitive Cove, Basic Radio, jusqu’à l’incontournable Rancid.

Mais, retour en arrière. C’est en mai 1987 que commence l’aventure après quelques répétitions dans le garage de Dave. Pour son premier concert, Opération Ivy ouvre pour Gang Green, et les comparses ne s’arrêteront plus pendant deux ans (durée de vie du groupe), enchaînant ainsi pas moins de 185 concerts, que ce soit dans des garages, des salles à manger de particuliers, ou à Gillman Street, un endroit sacré dans le coeur de Tim et de beaucoup de punks de Los Angeles. Cette envie se traduisait sur scène par une débordante énergie allant souvent jusqu’à faire voler le matériel. Faire un album, et qui plus est d’en vendre plus d’une centaine, était inimaginable à cette époque pour ces futurs membres de Rancid qui désormais vendent leurs albums à plus du million d’exemplaires à travers le monde

Pourtant, quelques mois après, en janvier 1988, sort le single « Hectic 7 ». Là, les concerts commencent véritablement à se faire de plus en plus réguliers et mémorables, tout comme le premier dont se souvient Billie Joe, chanteur de Green Day qui venait tout juste de quitter ses culottes courtes. Il se souvient: « en mai 1987, j’ai assisté au premier concert à guichet fermé de Gillman Street. C’était la première fois que je voyais Operation Ivy. J’ai halluciné, il y avait plein de monde sur scène, tous ces gens semblaient être leurs amis et chantaient avec eux tout le long du concert. Les gars avaient même donné un micro à certains. Vous savez, je pensais toujours que la scène était un endroit réservé au rock stars et qu’en bas se trouvaient les fans. Je me disais que ce n’était pas possible, tout le monde sautait partout, ce concert n’avait rien de l’image que je m’en donnais. Je pensais que c’était une grosse blague que seuls les gens de Gillman Street pouvaient comprendre. J’ai donc tenté de m’intégrer à cette folie, je suis allé sur scène avec tout le monde, et je me suis mis à chanter. Et miracle! Personne ne m’a viré. Je ne connaissais même pas les paroles, mais je pense que tout le monde était dans le même cas que moi. À un moment, j’ai cru que « Junkies Running Dry » était en fait « Dumpty’s Coming By ». En fait, tout le monde avait intitulé le morceau à sa manière. » Au printemps 1988, ces quatre punks accros de l’hystérie collective partent pour leur première tournée américaine, et enregistrent en mai 1989 l’album « Energy » aujourd’hui réédité par Hellcat. C’est d’ailleurs aux environs de cette date que le groupe donnera son dernier concert…au 924 Gillman Street

Opération Ivy est désormais considéré comme un des plus grands groupes de punks, et respecté de tous à en croire les nombreuses formations s’étant fendues d’une reprise au moins une fois dans leur carrière (Link 80, Buck 0 Nine, The Gadjits, Suicide Machines, Goldfînger, Millencolin, Green Day…). Même Bucket, le chanteur/guitariste des Toasters et activiste de la scène ska, disait au moment où la mode ska punk sévissait, que Rancid était un des seuls groupes qu’il respectait vraiment de par ce passé mémorable. Pourtant, les Californiens furent souvent critiqués par les puristes à cause de leurs influences ska. Mais le quatuor laissaient parler les mauvaises langues: « Nos morceaux ska n’étaient pas des morceaux standards. J’adore le ska et nous l’avons joué à notre manière » confie encore Tim Armstrong

La bande des quatre s’est ensuite séparée, et chacun a suivi un chemin musical différent: Dave a ensuite officié au sein de Schlong et a fait une courte apparition sur un des albums des Voodoo Glow Skulls; Jesse a rempilé chez Big Rig, Downfall, et Shakers 69; Tim et Matt sont également apparus au line up des deux derniers avant de suivre la carrière internationale qu’on connait. Hellcat ne pouvait donc trouver meilleure idée que de rendre un dernier hommage à Operation Ivy, qui reste encore aujourd’hui un des seuls groupes à avoir autant marqué les esprits avec, sous le bras, un seul album. Mais quel disque

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire