Olympia – « Emergencies »

Emergencies[Album]
03/04/2007
(Equal Vision/Import)

Les bons albums sont parfois nés d’histoires des plus banales. En effet, il ne faut pas aller chercher chez Olympia un parcours des plus originaux, car le passif du groupe est fortement similaire à des milliers d’autres qui n’ont juste pas autant de talent que ce combo de Washington. Son histoire est simple, donc. Fairweather, ancien représentant du catalogue Equal Vision au temps ou Saves The Day en était sa plus belle vitrine, met la clé sous la porte, Peter Tsouras (guitare), Shane Johnson (batterie) et Nick Barkley (basse) recrutent Phil Williams, chanteur de Brand New Disaster, pour rebondir, enregistrer une première démo début 2006, et donner leurs premiers concerts. Fort de l’expérience passée avec le label, celui-ci signe Olympia peu de temps après que le combo ne revienne de Boston, son premier album « Emergencies » sous le bras. Et comme pour amplifier son talent insolent, le groupe a seulement voulu proposer du rock pur et simple en s’appuyant seulement sur l’expérience de chacun, sans même y chercher une quelconque originalité, le petit truc qui aurait pu faire la différence. Et ce « Emergencies » est bien la preuve qu’il s’agit là d’une recette qui marche. Car Olympia n’est pas allé chercher très loin, a juste sorti les bons riffs au bon moment, les refrains d’école efficaces (« The Ressurectionist »), pour finalement s’afficher comme le rejeton indépendant des Foo Fighters, et balancer quelques tubes diaboliques (« Chorus! Chorus! Chorus' », « Even Rome Had Sewers »). Ce groupe de Washington donne donc une belle leçon de simplicité, et peut afficher un fier sourire à renvoyer tous les rockeurs opportunistes dans leurs pénates. Après tout, plus que de chance, tout est histoire de talent..

En écoute

1. Olympia Is a Motherfucker     
2. M-80     

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire