Okkervil River – « The Stand Ins »

The Stand Ins[Album]
01/09/2008
(Jagjaguwar/Differ Ant)

Pendant longtemps, Will Sheff, le frontman d’Okkervil River, a considéré l’exercice du double album comme difficile et prétentieux. Pourtant, en véritable artiste qu’il est, il y a vu comme un nouveau challenge à relever, jusqu’à ce que la raison finisse par l’emporter. Ce destin, il était voué à « The Stage Names« , dernier album en date du groupe d’Austin qui n’a pas manqué de confirmer tout le bien pensé du public musical à son égard; ce public qui, du coup, attendait impatiemment de découvrir le pain qu’on lui avait ôté in extremis de la bouche alors qu’il sortait tout juste du four. Pour cela, il lui aura donc fallu attendre un an, jusqu’à ce que le jeune homme et sa bande daignent enfin sortir « The Stand Ins », suite de son prédécesseur

Ces onze titres viennent donc compléter cette salve en deux actes, la rendant plus aboutie encore. Parmi eux, on retiendra notamment « Lost Coastlines », s’attardant sur la difficulté des groupes à perdurer et sur lequel Sheff partage le chant avec Jonathan Meiburg, désormais parti pour se consacrer entièrement à son projet Shearwater. Aussi, l’excellent « Top Lie », aux allures de gentleman comme empruntées parfois à Maximo Park, marque par son énergie héritée de la pop rock et son refrain indélébile, chose plutôt rare de la part du songwriter qui déroule habituellement ses histoires loin des formats conventionnels (« Calling And Not Calling My Ex » par exemple). La suite s’habille de l’habituelle et douce mélancolie dans laquelle Okkervil River aime historiquement se plonger, et qui fait indéniablement sa force. « On Tour With Zykos », « Starry Stairs » (la suite de « Savannah Smiles » pour les intimes), « Blue Tulip » en sont de parfaites et prenantes illustrations, pourtant doublées sur le fil par le countrisant « Singer Songwriter » et le final « Bruce Wayne Campbell Interviewed On The Roof Of The Chelsea Hotel 1979 » qui n’auraient pas dénoté au sein du précédent chapitre

Si les fans de plus en plus nombreux d’Okkervil River s’accorderont sur le fait que « The Stand Ins » n’est pas le meilleur disque du groupe, celui-ci n’est en rien une collection de chutes à l’intérêt limité, et va bien au-delà du luxueux bonus que certains pourraient y voir. Mieux que cela, il s’impose comme le complément indispensable de « The Stage Names », définitivement une des oeuvres les plus marquantes de ce début de siècle en termes de pop orchestrée, celle qui emmène si bien les cordes, les cuivres et les percussions sur le terrain ou piano et guitares sont habituellement maîtres des lieux. L’occasion rêvée de s’y replonger, ou de la découvrir. Même à l’envers

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire