Off! – ‘Wasted Years’

Album / Vice / 07.04.2014
Punk hardcore

Accorder sa guitare, allumer l’ampli, pousser les potards et balancer la sauce en plaquant une poignée d’accords, pourquoi pas quelques soli à l’occasion… Parfois le plaisir ne tient pas à beaucoup plus de choses, et ce n’est certainement pas Off! qui contredira. La preuve avec ‘Wasted Years’, son troisième album, le plus long et certainement le plus appliqué des trois malgré que, durant cette grosse quinzaine de titres résolument punk hardcore, un seul passe les deux minutes (‘Hypnotized’). Plus remonté que jamais, Keith Morris braille, dégueule une colère qu’on sent plus ici comme un exutoire que l’expression d’une véritable violence. On est d’accord, c’est toujours mieux que de catapulter des chats sur les façades d’immeubles marseillais, puis ça a au moins le mérite d’être un plaisir partagé. Parce que derrière ses contours primaires, Off! déballe une énergie adolescente et instinctive, presque incroyable quand on connait le parcours de ces mecs là, largement en âge d’être définitivement blasés. Généreux, spontanés et authentiques, les quatre déclinent au contraire ce qu’ils ont toujours su faire, en enrichissant leur rythmique (‘No Easy Escape’, ‘Times Not On Your Side’), et en soulignant également un souci du détail plus affirmé, notamment dans le jeu de guitare et les riffs moins téléphonés de Dimitri Coats (‘Legion Of Evil’, ‘Death Trip On The Party Train’). Néanmoins, le quatuor se borne par la force des choses à son minimalisme comme à sa volonté de ne pas s’étendre inutilement. En résulte une impression de répétition qui fera tourner les talons à un public qui ne s’est jamais laissé bercer par le punk old school. Les autres qui, depuis quatre ans, voient en Off! l’expression pure d’un certain classicisme seront ravis de retrouver leurs repères. Comme quoi, le temps passe toujours plus vite chez ceux qui le laissent filer.

‘Red White & Black’, ‘No Easy Escape’, ‘I Won’t Be a Casualty’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire