Noah 23 – « Rock Paper Scissors »

Rock Paper Scissors[Album]
23/11/2008
(Takaba/Import)

Si «  Jupiter Sajitarius« , son dernier fait d’arme le plus médiatique, remonte maintenant à plus de quatre ans, Noah 23 ne sera pas resté inactif pour autant jusqu’à la sortie de « Rock Paper Scissors », ce nouvel album qui devrait logiquement lui faire conserver cette estime de Mc parmi les plus intéressants du globe indépendant. S’influençant constamment des courants musicaux les plus divers, le Canadien ne quitte plus les studios comme les scènes ouvertes, et peut désormais se vanter d’une jolie discographie composée d’une douzaine de disques, dont beaucoup ne sont malheureusement jamais arrivés jusqu’à nous. D’ou cette immanquable nouvelle occasion de le découvrir..

Notamment parce que, quoi qu’il entreprenne (le moindre album comme son propre label Plague Language), Noah 23 fait les choses avec coeur et tripes, et le laisse entendre. En effet, difficile de faire la fine bouche quand le Mc cite en vrac Run DMC, Living Colour, Fishbone, Daniel Johnston, Wu Tang Clan, les Beatles ou Slint parmi ses influences, promettant ainsi à l’auditeur de ne jamais y croiser l’ennui. Et à en croire les très nombreux invités ici présents ( Cadence Weapon, Bleubird, Josh Martinez, Sole, K-The-I??? pour les plus connus), ne le laissant seul que sur quatre des vingt-trois titres qu’aligne ce disque, son approche fait des émules. Logique tant Noah Brickley, de son vrai nom, a ce don de constamment asséner un peu d’air frais à un hip hop indépendant finalement pas si rédhibitoire que beaucoup le pensent

Ainsi, il étale sa dextérité vocale sur d’anciennes affinités rock remontant à la surface via quelques riffs de guitare où certaines approches rythmiques, sur des productions minimales et au groove froid côtoyant leur contraire enjoué et réchauffé, mais aussi lors de quelques pointes reggae, electro, hip hop oldschool et classique (essayez « Black Ball » pour voir). Et la richesse de Noah 23 ne se cantonne pas seulement à cette large palette de sonorités. Dans le flow aussi, le Mc se démarque nettement par sa réelle capacité à chanter, faisant le plus souvent des titres en question ses plus grandes réussites. Illustration sur le refrain de « Gaia Bacteria », le mélancolique « Faded », ou les envolées pop de « Wisdom Teeth » et « Torn Again » surtout, sur lequel il se fond subtilement aux côtés de Jim Guthrie

En voilà assez pour passer outre quelques longueurs qui auraient amplement justifié un tracklisting raccourci et plus digeste. Mais, Noah 23 est un Mc généreux dont le sort ne semble toujours pas s’être décidé à récompenser le talent et la surproductivité. « Rock Paper Scissors », bien installé dans la tradition du hip hop alternatif instauré par les labels Anticon, Mush et Galapagos4, ne risque pas de changer les choses. Mais au bout de quinze ans de carrière, Noah 23 s’est sûrement fait une raison. Que celle-ci le conforte dans cette voie: le public hip hop le plus ouvert d’esprit ne lui en voudra pas

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire