Nils Frahm – ‘All Melody’

Nils Frahm – ‘All Melody’

Album / Erased Tapes / 26.01.2018
Néo classique


C’est un véritable exploit que ce qu’a accompli Nils Frahm au cours des cinq dernières années. D’une obscurité complète généralement réservée aux artistes du genre néo-classique, sa carrière a pris une envolée fulgurante, culminant avec Spaces (album live) puis Solo, qui lui a valu de jouer notamment au Royal Albert Hall lors des BBC Proms, salle londonienne légendaire plutôt réservée à la vieille garde classique. L’excitation générale provenait d’une réponse à cette question : si le rock est surtout un produit américain issu du blues, quel genre dénote l’originalité européenne ? La réponse, clamée haut et fort par Mary Ann Hobbs notamment : le mouvement néo-classique contemporain, relancé par Nils Frahm ainsi que ses consœurs et confrères du label Erased Tapes.

Sa force, tout comme celle de son ami Olafur Arnalds avec qui il a d’ailleurs beaucoup collaboré, c’est avant tout le mélange des techniques sonores au sein d’une base minimaliste classique. Et c’est à ce niveau-là que All Melody amorce un tournant. Là où le piano a longtemps été l’instrument de prédilection (avec ses nombreuses itérations et modifications sur mesure pour lesquelles on le connait), on retrouve ici principalement des instruments à vent, utilisés de façons généralement inattendues. Sunson est une lente montée dont on peut rapidement comprendre le potentiel en concert. Sur la piste éponyme, Nils Frahm reprend une de ses techniques les plus efficaces au niveau émotionnel et qui avait si bien fonctionné sur Says : la répétition d’une suite de notes dont le son est peu à peu altéré, intensifié. C’est un crescendo en douceur, aux couleurs tropicales insufflées par les instruments à vent utilisés comme des percussions. Elle est suivie de #2 qui commence comme une poursuite dans un thriller effréné. Les percussions sont novatrices et se transforment ensuite en ascensions synthétiques dont l’intensité croît.

My Friend The Forest, tout comme Fundamental Values, permettent à Nils Frahm de retourner là où il s’est construit : sur une mélodie de piano ingénue, clairement issue du jazz. Le micro capture les respirations, les bruits des mains, les marteaux du piano. On est avec lui, tout proche de lui, sans artifice. Le contrepoint, c’est Kaleidoscope : une piste aux vastes horizons derrière lesquels se battent des rythmiques rappelant Philip Glass.

All Melody ne manque pas d’inspiration formelle, et bien qu’on appréciera moins l’utilisation des voix parfois trop directes et peu originales notamment au début de l’album, il est rassurant de voir un artiste tel Nils Frahm se remettre en question. C’est un album relativement court puisque les deux pistes emblématiques – All Melody et #2 – sont des compositions déjà jouées en live en 2014. Mais il possède cependant ses tournants envoûtants et vaut le détour. Pour quelques écoutes, voire plus.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE
All Melody, #2, Kaleidoscope


No Comments

Post A Comment

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

If you agree to these terms, please click here.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.