Night Beds – « Country Sleep »

night180Album
(Dead Oceans)
04/02/2013
Folk americana

L’Amérique vient de mettre la main sur une nouvelle égérie indie folk et ne va pas manquer d’en faire une des révélations de cette année 2013. C’est écrit d’avance. Du haut de ses vingt trois ans, Winston Yellen – le jeune homme qui se cache sous Night Beds – a tout compris de ses récents aînés, semble leur avoir tout volé aussi, mais parvient brillamment à imposer sa propre personnalité  tout au long de ce « Country Sleep ». Encore jeune à en croire quelques ressemblances flagrantes avec Fleet Foxes ou Bon Iver, mais déjà incroyablement affirmée, celle ci repose non seulement sur ses talents de compositeur, mais surtout sur sa voix, une arme dont il use généreusement. A l’instar de Perfume Genius, il n’hésite pas notamment à abattre la carte du plus grand minimalisme, comme sur « Faithful Heights », entame a capella qui aurait pu se révéler savonneuse mais qui plante magnifiquement le décor d’un disque émouvant au sein duquel pointe parfois quelques traces d’une souffrance inspiratrice (le magnifique et fragile « Even If We Try »). Néanmoins, « Country Sleeps » se montre plus volontiers rêveur que déprimant (« 22 », « Cherry Blossoms »). Il est même régulièrement baigné de lumière quand Yellen se lance dans des ballades aux harmonies scintillantes (« Ramona », « Borrowed Time », « Lost Springs ») arrivant toujours à point nommé pour éviter au disque de tomber dans un registre trop intimiste. Bien que perfectible, « Country Sleep » a tout de ces premiers opus qui, bien qu’ils ne soient pas les plus reluisants de leurs discographies respectives, seront toujours respectés pour avoir ouvert la voie à leurs auteurs. C’est sûr, si nous n’avons pas encore l’assurance que Night Beds ira loin, Yellen est parti pour faire longtemps parler de lui.

itunes24

En écoute intégrale

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire