Nick Cave & The Bad Seeds – ‘Live From KCRW’

Album / Kobalt / 02.12.2013
Instantané live

Depuis le début des années 80 que Nick Cave alimente régulièrement l’actualité musicale en compagnie de ses Bad Seeds, l’Australien aura connu pas mal de périodes fastes. Incontestablement, avec l’excellent ‘Push The Sky Away‘ paru en février et une tournée triomphale qui suivit, 2013 restera l’une d’elles. Fort d’un statut d’icone rock internationale brillant plus que jamais de mille feux, le crooner aura aussi réussi le tour de force de s’inviter dans les discothèques de jeunes mélomanes qui le croyaient à jamais condamné à servir de pilier porteur à celles de leurs ainés. Ces bambins là se sont fait à l’évidence, et seront confortés avec ‘Live From KCRW’ clôturant l’exercice en beauté.

Certes, la musique de Nick Cave est définitivement adulte, mais possède cette classe qui la fait incontestablement survoler plusieurs générations. Cette classe, c’est justement celle qui illumine les dix titres (douze pour la version vinyle) de cette session radio superbement produite, enregistrée entre deux apparitions au dernier festival Coachella, à cinq musiciens plutôt qu’à huit comme ce fut le cas sur la tournée. C’est malgré tout dans une ambiance très proche du dernier album que le groupe revient sur quelques-unes des compositions qui ont fait son succès, son histoire pourrait on dire tant les chapitres s’y succèdent.

Dans une cohérence de l’instant, portée notamment par l’immense talent de Warren Ellis et de Nick Cave, la majorité d’entre elles se présentent dans des versions à la fois plus intimes et épurées, où espace et silences leur offrent profondeur et émotion. Si c’est moins surprenant sur les titres issus de ‘Push The Sky Away’ qui donnent clairement le ton de ce live (le magnifique ‘Higgs Boson Blues’, ‘Wide Lovely Eyes’, ‘Mermaids’, ‘Push The Sky Away’), moins évident sur d’autres qui l’étaient déjà par nature (‘Far From Me’, ‘No More Shall We Part’), c’est en revanche plus frappant à l’écoute de ‘The Mercy Seat’ livré ici en une frissonnante version piano/voix, ou sur ‘People Ain’t No Good’ seulement accompagné de piano et de violon.

Mais l’intérêt de ce quatrième live de la discographie ne s’arrête pas là: au delà de proposer de nouveaux arrangements, d’y croiser aussi un ‘Stranger Than Kindness’ rarement interprété en live, il restera surtout le parfait et frissonnant instantané de ce que sont Nick Cave & The Bad Seeds à l’heure ou l’on vous parle. Vivement l’an prochain et un nouvel album déjà en préparation.

‘Higgs Boson Blues’, ‘The Mercy Seat’, ‘People Ain’t No Good’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire