Neurosis – « Given To The Rising »

Given To The Rising[Album]
07/05/2007
(Neurot/Differ Ant)

Il y a quelques groupes dont le simple minimum syndical suffit à les placer au-dessus du tout venant. Des groupes dont les fans défendent bec et ongles tel ou tel disque, s’appuyant sur des particularismes qui souvent paraissent bien abscons aux néophytes. Des groupes qui déteignent sur d’autres formations et qui séduisent des publics parfois très éloignés de leur sphère musicale d’origine. Neurosis fait indubitablement partie de ce cercle fermé

Les albums des Californiens parviennent en effet à mettre d’accord des amateurs de metal, de post-hardcore, de dub rock, de noise, de hip hop industriel, d’illbient, de post-rock… Et vous pouvez parier à coup sûr que vous retrouveriez certains de leurs disques sur les étagères des membres de Unsane, Mogwai, Dälek, Idem, Nostromo, Fennesz, Pelican, Tool, Sensational ou Gojira (et ils n’en ont peut-être pas tant que ça en commun…)

Cette adhésion plurielle est un peu un juste retour des choses puisque le son de Neurosis s’est lui-même nourri de diverses influences, parfois même à la limite de l’incompatible (Black Flag, Pink Floyd, Godflesh, Joy Division, Black Sabbath, King Crimson, The Melvins, Can…), mais c’est justement ce qui a donné au groupe sa forte personnalité artistique

Trois ans après un très bon « The Eye Of Every Storm », les patrons du label Neurot Recordings retrouvent leur vieux compère Steve Albini pour produire ce onzième opus. « Given To The Risisng » ne décevra pas les fans, c’est une certitude. Qui a déjà plongé en apnée dans ce post-hardcore claustrophobique reconnaîtra immédiatement ces abysses nauséeux ébranlés par des déferlantes bruitistes d’une sauvagerie sans nom, puis laissés miraculeusement indemnes dans l’angoisse de la prochaine secousse. Les lignes de guitare sont massives, la basse et la batterie ne savent même plus à quoi ressemble le jour, et pourtant on y revient sans cesse, comme pris d’un soudain élan masochiste

Comme à leur habitude, les Californiens n’ont pas peur de prendre leur temps. Les titres s’étirent souvent sur plus de huit minutes pour atteindre l’orgasme, alors que les voix de Scott Kelly et Steve Von Till frôlent la fêlure à chaque seconde. Le monumental « Given To The Rising » d’ouverture, l’effrayant « Fear And Sickness » qui suit ou le sublime « To The Wind » donnent d’emblée le ton de cet album et des possibilités du groupe

La musique de Neurosis ne s’explique pas, elle se vit. Ceux qui connaissent confirmeront. Les autres peuvent commencer par cet album. Un jour ou l’autre, ils devront y passer de toute façon..

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire