My Morning Jacket – ‘The Waterfall’

Album / ATO / 04.05.2015
Rock sans frontières

Lorsque Jim James et ses acolytes entrent en studio pour l’enregistrement de ‘The Waterfall’ fin 2013, ils ont une trentaine de chansons dans la musette. Soit potentiellement deux albums prêts à sortir. Sans surprise, ce septième disque des Américains sera donc suivi d’un huitième l’année prochaine. On le sait, l’exercice est périlleux et quelques précédents dans l’histoire du rock invitent à la prudence – sortis simultanément en 1991, ‘Use Your Illusion’ I & II des Guns N’Roses ne sont que deux très bons albums en lieu et place d’un seul chef-d’oeuvre.

Mais il y a là matière à espérer le meilleur. Car il s’en faut de peu que ‘The Waterfall’ soit un grand disque. Deux morceaux pas mauvais mais trop taillés pour les stades (‘Believe (Nobody Knows)’ et ‘Big Decisions’) font malheureusement un peu baisser le niveau général. Le reste est excellent. Bien caché derrière son étiquette de groupe ‘alternative country’, My Morning Jacket aime surprendre. Et éviter les cases dans lesquelles la critique voudrait parfois les ranger. Preuve inexorable, ce ‘Compound Fracture’ tubesque qui remet au goût du jour des lignes de synthés chères à Genesis (vous avez bien lu) sur une rythmique implacable. Ou ‘In It’s Infancy (The Waterfall)’ et sa structure éclatée, soft rock ultra classieux à l’emphase parfaitement maîtrisée.

Cette même emphase pleine de réverb’, on la retrouve sur ‘Spring (Among The Living)’, morceau épique en forme de mur du son sur lequel la voix magique de James fait des miracles. Auparavant, c’est dans un registre de pure ballade country – un ‘Get The Point’ qui évoque inévitablement le ‘Everybody’s Talking’ de Fred Neil par Harry Nilsson – que My Morning Jacket brille et nous ravit. Que du très bon donc. Mais on tutoie les sommets avec ‘Like A River’, ode à Stinson Beach, idyllique plage californienne où a été enregistré l’album, et ‘Thin Line’, hymne rock teinté de soul qui aurait pu prétendre au rang de chanson-titre du prochain James Bond. A chaque fois, et comme sur la ballade ‘Only Memories Remain’ qui clôt l’album, Jim James survole les débats et son registre vocal semble sans limites. Tout comme la volonté de ce groupe de vouloir sans cesse se renouveler, ce qui attise fortement notre curiosité pour ce qui reste à venir. Vivement 2016.

‘Compound Fracture’, ‘Like A River’, ‘In It’s Infancy (The Waterfall)’, ‘Thin Line’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire