My Disco – ‘Severe’

Album / Temporary Residence / 30.10.2015
Minimalisme maximisé

Mine de rien, My Disco a opéré pas mal de changements pour offrir un successeur à l’excellent ‘Little Joy‘, cinq ans après sa sortie. Dans la production d’abord, puisque le trio australien a cette fois préféré travailler chez lui avec le pro-digital Cornel Wilczek (aka Qua) plutôt que de traverser les mers et s’en aller s’abriter comme à son habitude chez le pro-analogique Steve Albini. Dans la composition ensuite, puisque le groupe a ici délibérément choisi de pousser son registre répétitif à l’extrême, ‘en maximisant son minimalisme‘.

‘Severe’ déroule donc un épais voile noir dès les premières notes de basse de ‘Recede’, entame ayant le mérite de plonger directement l’auditeur dans cette ambiance sombre et anxiogène dont il ne pourra s’échapper qu’à la dernière seconde de cet album. Entre temps, les australiens auront laissé parler leur science du silence, si paradoxale pour des musiciens mais qui prend pourtant toute sa mesure ici tant ils utilisent généreusement l’espace au profit de compositions lourdes et hypnotiques, au point de les rendre parfois inconfortables.

Jamais insupportables cependant. Car ‘Severe’ a beau se débarrasser de toute mélodie, reposer uniquement sur son imperturbable intensité, son ambiance oppressante née de rythmiques lourdes, minimales et mécaniques (‘Our Decade’, ‘King Sound’), d’une guitare uniquement dissonante ou bruitiste (‘Successive Pleasure’), et d’un chant glacial, monotone et invocateur (‘1991’), il parvient quand même à attiser la curiosité, jusqu’à susciter l’intérêt.

Tels des marches mortuaires, ces huit titres poussent votre patience jusque dans ses derniers retranchements. Ils vous tournent autour, se resserrent pour mieux vous prendre au piège et vous piquer de leur transe malsaine. Avec ‘Severe’, My Disco arpente un autre flanc de la musique conceptuelle, celui du sacrifice, ajoutant ainsi une nouvelle ligne à la liste des petits plaisirs inavouables des fans de Swans et Sonic Youth qui sauront incontestablement mesurer sa performance spectaculaire. Même si elle n’en a pas l’air.

‘Recede’, ‘King Sound’, ‘Careless’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire