Mr Oizo – ‘The Church’

Album / Brainfeeder / 14.11.2014
Electro absurde

Il fallait que ça arrive, Quentin Dupieux ne pouvait s’exiler à Los Angeles sans y rencontrer le label Brainfeeder. Flying Lotus et son équipe débauchent ainsi aujourd’hui notre Mr Oizo national pour y sortir ‘The Church’, un nouvel album pourtant pas très catholique. Sur le papier, on aurait pu penser que le réalisateur ouvrirait une parenthèse dans son style pour coller au cahier des charges d’un label exigeant, sachant marier le gros son avec une certaine finesse. Perdu. En écoutant le single ‘Bear Biscuits’ et son beat saillant, on imagine que le français a préféré croquer des lames de rasoir plutôt que les crackers aux olives habituellement servis dans l’avion.

De bout en bout, il livre ici des titres dancefloor agressifs et sans compromis, faits de boucles hypnotiques formatées au marteau. De plus près, au-delà du côté rouleau-compresseur électro, ‘The Church’ ressemble à une BO de l’un de ses films non-sens. En effet, les principaux éléments y sont, entre un ‘Dry Run’ à la limite du supportable et le côté comique et absurde de ‘Mass Doom’, le tout noyé dans une atmosphère souvent malsaine à la tension palpable (‘Ham’). Un furieux dilemme s’empare alors de nous en fin de disque: a t-on passé un bon moment dans ce bordel de mélodies inachevées et de funk sale, au groove épileptique et bancal? Pour être franc, même s’il est de notoriété publique que Quentin Dupieux reste un avant-gardiste de l’absurde, on n’a finalement pas compris grand-chose à l’écoute de cette nouvelle salve estampillée du blason américain. En revanche, on a bien senti que l’Oizo nous tenait par le paquet pendant qu’on bougeait la tête.

‘Mass Doom’, ‘Bear Biscuits’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire