Mr Live – « The Bang Theory »

The Bang Theory[Album]
12/02/2007
(Ascetic/Nocturne)

En ce début d’année plutôt morne en termes de hip hop, le label français Ascetic Music profite de cette accalmie pour lancer sa nouvelle référence. Et « The Bang Theory », premier véritable album de Mr Live pourtant dans le bain depuis 1988, revient mettre un peu d’ordre, entendez par là qu’il rétablit un peu d’équilibre entre les sempiternelles sonorités classiques et expérimentales, deux tendances opposées et sans véritable surprise émanant de la Grosse Pomme

Il est clair qu’à l’écoute de ce disque, Mr Live ne se situe dans aucune de ces deux catégories. Lui joue la diversité, mélange les genres tout en restant définitivement hip hop. Jouissant déjà d’une réputation solide de Mc (quelques maxis sur Fondle’Em entre autres), le new yorkais n’a pas lésiné sur les moyens en s’associant aux producteurs Earl Blaize (Antipop Consortium), Geology (Mos Def, Phaorahe Monch, Talib Kweli, Sadat X), Big Strap, Ves (Apany B Fly) et Stee-Lo (C Rayz Wals, et autres références Def Jux), contribuant tous à la grande richesse musicale de ce « The Bang Theory ». Ainsi, les titres up tempos ponctuent cette quinzaine de morceaux éclectiques, quelques clins d’oeil dancehall (« Questions », « Bend & Flex ») viennent subtilement se mêler au hip hop, tout comme les sons old school viennent en contrebalancer d’autres plus modernes. Un décor qui, à tous moments, sied aux lyrics de Mr Live, très politiques (Bush et sa politique en sont la cible) et sociales (malaise bien connu des Etats Unis) sans oublier d’être ironiques, humoristiques et dénonciatrices

Quelques points qui feront sans conteste l’unanimité, contrairement à la totalité de cet album. Logique, qui joue la diversité ne doit pas s’attendre à rallier tout le monde sous une même banderole. Les goûts seront donc sélectifs. En effet, si « Fatal Assault », « Kate (Hateful Remix) », « Brooklyn 2.0 », « Goodlife », « Hip Hop », ou « 4 More Years », d’obédience classique, sauront convaincre sans peine par une efficacité redoutable; si « Set It Up » et « Lemonface » raviront les esprits plus tordus et originaux; il n’en sera pas forcément de même pour le reste de ce disque. Clairement, le refrain chanté de « At The Crossroads », ou l’immonde ragga (presque reggaeton) « Make It Rowdy » ne servent pas vraiment l’intérêt de ce « The Bang Theory ». Que Mr Live se rassure cependant, en voilà trop peu pour que les accrocs de nouveautés préfèrent se ruer sur une énième réédition plutôt que de s’attarder longuement sur ce premier album, mérité de surcroît

Ecoutez un extrait ici

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire