Mr Flash – ‘Sonic Crusader’

Album / EdBanger / 02.06.2014
Electro en deuil

Il y a comme un mélange d’enthousiasme, de frustration et d’injustice qui plane au dessus de ‘Sonic Crusader’. Enthousiasme, car Mr Flash était jusqu’à ce jour un des seuls acteurs de la french touch à ne pas encore avoir sorti d’album, lui qui s’est pourtant fait la main à l’occasion de plusieurs Eps (dont ‘Le Voyage Fantastique’ en 2001 avec Mike Ladd), comme en collaborant avec TTC, Mos Def, Kanye West ou Sebastien Tellier qui ont certainement tous vu en ce producteur caméléon une garantie de renouveler leur son sans avoir à trop retourner leur veste. Jusqu’à ce qu’il rencontre Pedro Winter et signe la première sortie d’un EdBanger appelé à devenir grand, très grand alors que Justice se révélait à la face de la planète toute entière. Seulement voilà, à attendre dix longues années pour enfin faire le grand saut et en débarquant à la fumée des cierges, Mr Flash pourrait bien avoir loupé le coche à l’heure ou le son auquel il a contribué s’essouffle et que le label travaille à s’extirper de son étiquette 2.0.

Une injustice que Gilles Bousquet – comme l’ont baptisé sa mère fan de musique psyché et son père amoureux fou de jazz – ne fait pas tout pour rétablir, quitte à provoquer une frustration chez tous ceux qui l’attendaient depuis longtemps de pied ferme. En effet, en ressortant quelques vieux titres parus autrefois en maxis (‘Domino Part A’, ‘Domino Part B’ en 2010, ‘Disco Dynamite’ en 2006), ou en signant de nouveaux noyés dans une ringardise qu’on espérait ne plus avoir à entendre (‘Venus In Furs’, ‘Dazzle In The Dusk’, ‘Midnight Blue’), le producteur ne peut cacher l’aspect vieillissant d’un registre dont on a désormais plus rien à découvrir tant il a été essoré.

Certes, pour réveiller les corps, il y a bien quelques exceptions sauvées des eaux et rendues quasi intemporelles par leur richesse et leur efficacité (‘Motorcycle Club’ (2010), ‘Sonic Crusader’, ‘Drill’), mais rien qui ne vienne véritablement rivaliser avec le meilleur de ce disque. Dans le viseur, au delà d’une fin de course aussi intéressante que cinématographique mais qu’il faudra avoir la patience d’atteindre, ‘Bagheera’ (feat Lady Leshurr), et surtout ‘Number One’ (feat Oh No, Action Bronson et Cities Avies) sont deux pépites sur lesquelles le producteur s’offre aux voix, souligne son affection pour le hip hop, et se montre le moins prévisible. Ni plus ni moins ce qu’il a toujours fait jusqu’à présent, laissant penser que l’arrivée tardive de ‘Sonic Crusader’ n’était ni hasard, encore moins une obligation. Mr Flash n’avait finalement pas besoin d’un buzz éclair.

‘Motorcycle Boy’, ‘Number One’, ‘Bagheera’, ‘Parliament Of The Rooks’

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire