Mount Eerie – ‘A Crow Looked At Me’

Mount Eerie – ‘A Crow Looked At Me’

Album / P.W. Elverum & Sun / 24.03.2017
Folk

C’est sous le sceau d’un drame intime que s’est construit ce nouvel album de Mount Eerie, une tragédie qui fige immédiatement ‘A Crow Looked At Me’ dans une stase éloignée des humeurs ordinaires de sa discographie. Entièrement dédiés à sa femme emportée par un cancer du pancréas l’année dernière, ces 11 morceaux dévoilent les réflexions d’une pensée encore ébranlée par le deuil, mais soucieuse d’avancer, et de dévoiler au monde les contours d’un épisode personnel ou coule encore l’esprit du défunt.

Enfermé durant six mois dans la chambre ou sa femme est décédée, Phil Elverum a pris ses instruments pour composer un album qui a la perte chevillée au corps, et distiller une poésie du quotidien se remémorant vieux souvenirs (‘Forest Fire’, ‘Ravens’) dans une succession de détails incertains, floutés par le temps qui s’avance déjà et par la nécessité de se reconstruire auprès de sa fille, née un an avant la maladie de sa femme. Très éloigné des atmosphères de ses précédents albums, le fond musical est ici très apaisé, malléable à merci, pour le songwriter qui a versé son énergie ailleurs. Centré sur une intensité variable ou guitare et piano sont collés à la voix avançant morceau après morceau, ‘A Crow Looked At Me’ brave les contradictions et les rechutes de son auteur (‘How could i live ?‘ se demande t-il à la fin de ‘Forest Fire’).

Dans cette atmosphère narcoleptique où l’on avance à tâtons, partagée entre des apparitions (sa femme dans cette chambre où il n’ose plus rentrer la nuit, ce corbeau qui apparaît en songe sur ‘Crow’, le dernier morceau) et un retour au monde au détour d’une tache ménagère (‘When I Take Out The Garbage At Night’), Phil Elverum détache l’intime de son petit socle pour nous livrer – comme Sun Kil Moon avec ‘Benji’ – un grand disque sur la perte et le vide à travers les yeux d’un artiste qui veut continuer à voir l’espoir partout.

VIDEO
ECOUTE INTEGRALE

A ECOUTER EN PRIORITE

‘Ravens’, ‘Forest Fire’, ‘Swims’, ‘Soria Moria’, ‘Crow’


No Comments

Post A Comment