Motion City Soundtrack – « Even If It Kills Me »

Even If It Kills Me[Album]
24/09/2007
(Epitaph/Pias)

Des groupes de la deuxième génération Epitaph, Motion City Soundtrack est certainement celui qui tire le mieux son épingle du jeu. Son premier album, « I Am The Movie », l’avait vite laissé pressentir, et profitait sans le vouloir du débroussaillage opéré par les Get Up Kids qui jetaient l’éponge à la même époque. Pourtant, après un « Commit This To Memory », réédité récemment en version deluxe, on craignait que le groupe se repose un peu trop sur ses lauriers et ne passe que très difficilement le stade supérieur, celui d’un combo devenu une référence dans le genre. Il faut croire que l’étape du second album est toujours ardue et que les conclusions hâtives sont à éviter. Car avec « Even If It Kills Me », Motion City Soundtrack continue d’avancer sans changer de registre, mais en l’abordant avec beaucoup plus d’assurance

Tout ce qui a toujours plu chez ces rockeurs de Minnesotta, comme les corrections des petits bémols du passé, est mis en boîte ici. Les mélodies sont sans surprise mais constamment accrocheuses, le chant de Justin Pierre reste toujours parmi ce qui se fait de mieux actuellement, la production est irréprochable (Adam Schlesinger de Fountains Of Wayne, Eli Janney de Girls Against Boys, et Ric Ocasek s’y sont tous les trois collés), et le tout roule au point d’égaler les quelques références du pop punk de toujours. Du coup, c’est une pluie de tubes qu’on se prend sur la tête, les refrains de haute facture qui vont de paire, et ce, qu’ils soient remontés comme des pendules (« Fell In Love Without You »), plus mid tempos (le single « This Is For Real », « It Had To Be You », « Calling All Cops », l’énorme « Broken Heart »), ballades musclées (« Last Night »), assez proches de Weezer (« Can’t Finished What You Started ») et toujours des Get Up Kids (« Point Of Extinction »)

Hormis « The Conversation », titre piano/chant que Justin Pierre aurait pu garder secret pour un éventuel aparté en solo à l’avenir, difficile de tirer à boulets rouges sur le reste du tracklisting de ce nouvel album, tant il est cohérent et homogène. Bien sûr, il ne faudra pas venir ici chercher autre chose que des mélodies à foison, et autant de tubes, deux éléments qui apposent toujours trop vite l’étiquette « for the kids » sur une référence. Motion City Soundtrack, c’est du college rock bien fun et rien d’autre. À vous ensuite de refuser ou non un bref et salvateur retour aux années lycée

Ecoutez un extrait ici

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire