Mos Def – « Mos Definite »

Mos Definite[Album]
21/05/2007
(Amalgame/Nocturne)

Mos Def, le sujet fait rage depuis le récent et très controversé « Tru3 Magic« , ce nouvel album qui semble être né dans la douleur, sans l’envie, et sous la pression de sa maison de disque. Tout cela fait qu’on en viendrait même à l’oublier très vite et à ne se souvenir que de la période pré « The New Danger« , ce néanmoins bon album qui laissait pourtant déjà penser que le Mc new yorkais finissait par considérer sa musique comme la dernière roue du carrosse, celle à qui il fallait à tout prix rester fidèle malgré des occupations cinématographiques de plus en plus prenantes. Du coup, revoir sortir un disque estampillé Mos Def quelques mois après ce raté n’allait pas provoquer en nous la plus grande des excitations

En effet, l’époque n’est plus à Rawkus, ou à Blackstar, le duo incontournable qu’il a trop peu de temps formé aux côtés de Talib Kweli, à cette ère salvatrice du hip hop new yorkais qui s’offrait alors un nouveau souffle, et une émulsion créatrice notable. Pourtant, c’est plutôt vers le passé que se tourne ce « Mos Definite » qui, bien qu’il annonce un contenu totalement inédit, ne sera pas complètement inconnu de ceux pour qui Mos Def est et restera un des meilleurs Mcs de son époque. Ceux-là auront donc sûrement déjà entendu la quinzaine de titres retenus ici, sortis en maxi sur d’obscurs labels (« Excellence » sur Supreme Clientele en 2005, « Travellin Man » de Dj Honda sur Relativity), apparus sur divers albums (de Medina Green pour « Beef » en 1998, de Tony Touch pour « What’s That » en 2000, ou de Mos Def lui-même pour « Jump Off » tiré de « The New Danger »), ou issus de freestyles (« World Famous »). Peut-être un peu moins les très rares « Non Stop », « Monster Music feat Cassidy », ou « Free Flowin » et « Make It All Better », tous deux exécutés en compagnie de Talib Kweli pour un agréable et nostalgique retour en arrière

Rien pourtant qui n’atteigne le niveau de qualité de « Hard Margin » (de l’album des Creators en 1998), « Summertime » (issu d’un maxi avec Medina Green en 2004) et « I’ve Commited Murder » (du « On How Life Is » de Macy Gray). Un tracklisting pas vraiment inédit donc, pour un disque qui ne s’impose pas aux détenteurs du « We Are Hip Hop, You, Me, Everybody » ou de la compilation « Universal B-Boy ». Mais « Mos Definite » a le mérite de s’attarder sur la bonne période du bonhomme. Conseillé donc à ceux qui ne possèdent que les albums…

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire