Morcheeba – « Dive Deep »

Dive Deep[Album]
04/02/2008
(Echo/Pias)

Depuis le milieu des années 90, période à laquelle il est apparu, Morcheeba est devenu une des formations indéboulonnables quand il s’agit de parler de musique downtempo. Et cela, bien qu’il est toujours tout fait pour ne pas être rangé définitivement au sein d’une catégorie. Voilà peut être une des raisons expliquant que sa musique électronique à la fois douce et chantée soit toujours parvenue à toucher un public très large, du clubber friand de ses compositions tranquilles et adéquates à ses fins de nuits éreintantes, au couple bien sage aimant faire glisser une musique de fond sympathique lors de ses dîners entre amis. Pas étonnant donc que Morcheeba, désormais plus un collectif ouvert d’esprit qu’un groupe comme on a l’habitude de l’entendre, arrive désormais à son sixième album, bien assis sur les quelques millions de disques qu’il aura vendu lors de décennie passée

Skye et ses successeuses désormais reparties vers d’autres aventures musicales, les frères Godfrey sont seuls maîtres à bord, et font de Morcheeba l’excuse rêvée pour collaborer avec une multitude d’artistes. C’est tout le fil rouge de ce « Dive Deep » aux sonorités electro folk, sur lequel sont venues se greffer quelques voix, plus ou moins connues et toutes contactées via Myspace, capables de se fondre dans cette atmosphère brumeuse. C’est ainsi que Judie Tzuke s’est retrouvée à poser sa voix soul et mélodieuse sur « Enjoy The Ride » et le moins marquant « Blue Chair », tout comme Thomas Dybdahl (sur les langoureux « Riverbed », « Sleep On It », et « Washed Away ») et Manda sur le sucré « Gained The World » et le très passable « Au Delà », en français dans le texte. A eux trois, ils endossent la majorité des influences pop de cet album recouvert d’un voile quelque peu has been, comme si Morcheeba revenait soudainement à ses débuts où allait même piocher chez Fleetwood Mac. Non pas que le reste soit forcément plus enthousiasmant, mais il se place un peu plus sous le signe de l’intemporel que du passé, comme ce « Run Honey Run (feat Bradley) » inspiré de John Martyn

Morcheeba aura cependant quelques éclairs de modernité, et saura nous offrir quelques réjouissances s’échappant de la musique d’ascenseur. C’est le cas de l’instrumental « Thumbnails » porté par le groove d’une basse dub imposante, de « The Edge Beyond The Ledge » et son influence hip hop, même lointaine, rendant moins surprenant « One Love Karma » emmené par un Cool Calm Pete redonnant soudainement sourire et intérêt à un album effectivement bien plongé dans ses propres profondeurs. Car, même si les frères Godfrey sont semble t-il sortis de leur cocon pour la composition de ce nouvel opus, tout pousse à croire qu’ils ne sont pas allés jusqu’à atteindre la surface. C’est donc avec de bonnes palmes qu’il faudra se plonger dans « Dive Deep », sous peine de boire la tasse..

Ecoutez un extrait ici

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire