Monochrome – « Eclat »

Eclat[Album]
07/02/2006
(Paranoid/Overcome)

La confidentialité des allemands de Monochrome restera toujours un grand mystère tant ce groupe a tout le potentiel pour devenir une référence incontournable de la scène rock européenne. Des influences pop, rock et noise à une qualité technique rare, en passant par l’originalité, la classe et un chant mixte rarement aussi complémentaire, Monochrome n’aura pourtant pas, en dix ans de carrière et quelques formats courts, marqué beaucoup d’esprits en dehors de ceux des initiés. Qu’on se le dise, il n’est jamais trop tard, et « Eclat », deuxième et nouvel album des teutons, pourrait bien réparer cette belle injustice une bonne fois pour toutes

En effet, difficile de rester insensible à ces douze titres tant ils transpirent une solide maturité acquise au fil des ans. Plongez vous sans attendre dans « Zweibruch », qui ouvre l’album et dévoile instantanément ce qui ne sera bientôt plus un secret: des compositions très bien ficelées, riches sans jamais être indigestes, et au potentiel mélodique indéniable qui sauvent le sextet de la masse tout en restant très accessibles. « Series Of Catastrophes And Celebrations », tout comme bon nombre de titres de cet opus (« Every Once In a While »), est du même acabit. Mais, en plus du travail bluffant des guitares, c’est surtout cette dualité équitable du chant qui fait ressortir Monochrome de la grande famille rock (« Gegenstuck »). Car, avouons le sans aucun machisme, rares sont les vocaux féminins à ne pas enrayer la machine, à ne pas la rendre archi-commerciale. Alors quand la voix douce de Liza Von Billerbeck y va de sa contribution sans jamais dérouter le sextet de sa cible (« Amuse Bouche »), Monochrome en ressort grandi, plus riche, d’autant plus lorsque Marc Calmbach sait brillamment l’appuyer quand le morceau gagne progressivement en intensité (« Souvenir Of a Sentimental Non-Event », « Ecart (Les Murs Ont La Parole) »)

Monochrome s’est enfin trouvé et fait donc un retour à la hauteur de ses ambitions. Les douze titres de cet « Eclat » alternent les ambiances, les intensités et les rythmes, marchent sur des oeufs sans jamais les casser, font preuve d’une finesse rarement entendue dans le genre. Pop, rock et noise, torturé ou caressant, cet album se découvre à chacune des écoutes pour finalement servir de cas d’école. Incontournable

En écoute

1. Zweibruch     

Achetez sur :

  • Achat sur Amazon
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire