Monochrome – « Caché »

Caché[Album]
16/06/2008
(Stickman/La Baleine)

Comme nombre de ses compatriotes allemands, Monochrome incarne la rigueur, soigne le détail, peaufine sa musique comme son artwork, pour laisser de lui cette image dominée par la classe. A chaque disque, le combo se perfectionne encore un peu plus. « Caché », à la production léchée, lui fait faire un pas supplémentaire sur l’échiquier du rock européen, au sein duquel il incarne la haute qualité pop, celle qu’on ne rencontre jamais au détour des ondes ou dans les platines des kids punk/hardcore, genre dans lequel le groupe puise pourtant ses origines. Peu importe, le sextet poursuit sans encombre son petit bonhomme de chemin. Même le départ de Lisa Von Billerbeck, voix féminine des précédents disque, n’y aura rien fait, magnifiquement compensé qu’il est par l’arrivée de sa remplaçante Kate Complikate, désormais garante de cette mixité de chant contribuant depuis toujours à la personnalité flagrante de Monochrome. Ainsi, avec un tel degré de maîtrise déjà atteint par le passé, chaque nouvel album arrive avec la difficulté d’avoir à mieux faire encore. Il fallait donc que les Allemands offrent à « Caché » l’atout dont les précédents étaient privés. En 2008, Monochrome joue sur le contraste, alterne jolies déflagrations mélodiques (« Parallax », « Die Dinge Wie Sie Sind », « High Five ») et caresses de velours (« Les Pantalons Heavy Metal », « Stem ») qui se découvrent timidement à chaque écoute, comme pour faire durer le plaisir: une attention toute particulière que les plus gourmands apprécieront, et qui rend toujours aussi injuste cette sous médiatisation dont la formation ne parvient pas à s’extirper après dix ans de bons et loyaux services. Monochrome tente donc une nouvelle fois de forcer le destin, étale pour cela ses plus beaux arguments, qu’ils soient post rock, post hardcore ou pop, et balance fièrement de magnifiques morceaux (« Von Fall Zu Fall », « Times New Romance », « Motif », l’atypique « Knack ») aux visages d’un public qui serait d’une extrême mauvaise foi s’il y restait indifférent. Ne lui reste plus qu’à faire comme nous: conseiller ce disque à tous les amateurs de rock bien pensé (et non bien pensant) pour que Monochrome contribue, à sa manière, à changer la face d’un genre toujours partagé entre poupées de cire et gueulards de cave

Ecoutez un extrait ici.

Achetez sur :

  • Achat sur Fnac
  • Achat sur Amazon
  • Achat sur ITunes
À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire