Microfilm – « AF127 »

micro180Album
(Head)
19/03/2012
Rock cinématographique

Quand certains groupes cassent leur routine en s’essayant au ciné-concert, Microfilm – lui – a choisi de s’acoquiner dès ses débuts aux Septième Art, d’enrichir son rock aux ambiances cinématographiques de dialogues de films des années 50 et 60, tous finement triés sur le volet, qu’ils soient francophones ou anglophones. A la fois logique et cohérente, l’aventure a néanmoins pris rapidement une ampleur surprenante, forte d’un concept universel qui poussa le groupe à aller présenter son oeuvre de sa ville de Poitiers jusqu’à la Chine. A l’instar d’un long métrage, et alors que l’heure du quatrième album a sonné, la musique de Microfilm n’a pas perdu sa bonne habitude de ne pas tout dévoiler dès la première écoute, préférant chaque fois que le disque tourne laisser éclore de nouveaux détails ne manquant pas d’embellir l’histoire.

Plus lumineux qu’à l’époque de « The Bay Of Future Passed« , « AF127 » sonne comme un vol long courrier à destination de grands paysages inconnus, aussi reposants que vivants, pour lequel la diversité du registre n’a pas manqué de placer de multiples émotions en soute. Ainsi, au cours de ce périple palpitant, la mélodie ne craint plus de prendre les manettes (l’excellente entame « Flying Guillotine »), montées d’adrénaline vont de paire avec compositions énergiques et oppressantes (« Carnival »), humeur guillerette et accords légers répondent à d’évidents désirs pop (« Beauregard », « Beneath The Sea »), comme pour fermer le clapet des médisants qui ne cantonnaient Microfilm qu’au post rock, un genre qu’il aborde encore (« Icebar », « Rio », « Wolf ») mais qu’il n’hésite plus à débarrasser de son trop lourd préfixe. Désormais sûr de ce concept qu’il finit par maitriser sur le bout des doigts, en se perfectionnant sans forcément sonner sa révolution, le combo poitevin livre un nouvel album sans faille, d’une rare cohérence, ou la matière ajoutée va parfois jusqu’à s’intégrer si magnifiquement qu’elle ajoute l’accord ou la note qui finit de faire la différence. Ce « AF127 » devrait définitivement lui donner des ailes…

itunes39

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire