Mickey Avalon – « Loaded »

ava180Album
(Suburban Noize)
24/04/2012
Hip hop pour cagoles cloutées

Il faut déjà remonter six ans en arrière pour réécouter le premier album éponyme de Mickey Avalon, et mesurer à quel point le bonhomme pouvait à l’époque dénoter dans le paysage hip hop californien. Alors que sa vie ne rimait jusque là qu’avec drogue et prostitution, il s’entourait de producteurs méconnus, signait sur une major pour y lâcher un disque ovni adressant de francs clins d’oeil au rock n’roll, et non dénué d’humour comme en attestait « My Dick », morceau caché dévoué à son membre qui restera encore longtemps parmi les pièces maitresses de sa discographie. Le temps passant, on finissait pourtant par ne plus y croire, à penser que l’intéressé en avait fini avec la vie un soir de pluie, noyé dans son vomi dans un caniveau de Los Angeles. Que tout cela n’était qu’une blague, un phénomène de passage. Il n’en était rien: pendant qu’on médisait sur son sort, le Mc le plus catin du game ricain s’affairait lentement mais sûrement à un successeur. Disponible depuis fin avril, « Loaded » sonne quelque peu la repentance, voit donc Mickey Avalon réapparaitre en personnage un peu moins glauque qu’il ne le fut, même s’il ne peut pas encore totalement tourner le dos à cet univers de débauche devenu plus ou moins son fond de commerce. Mieux vaut pour lui d’ailleurs tant il ne s’est pas vraiment améliorer durant les six années qui séparent ses deux albums. En effet, on ne retrouve rien de plus ici que son flow nonchalant souvent bourré d’effets, posé sur des productions un peu fades dont la musicalité se limite généralement à un riff de guitare et un beat vite trouvé (« Rock Bottom », « Dance », « Take Me Home », « Baby Doll »). Ça passerait si la plaisanterie était de courte durée, si elle ne se résumait qu’aux potables « On The… » ou « Tight Blue Jeans »; si des titres comme « Drugs » étaient réduits à de simples interludes; et si d’autres putassiers comme « Im Hot » étaient seulement réservés au live. Seulement « Loaded » ne s’est pas résigné à tout cela et, en s’affichant si décousu avec pas moins d’une heure au compteur, nous promet l’overdose assurée. Dommage, après tant d’attente, on espérait cent fois mieux.

itunes18

En écoute intégrale

À lire ou écouter également:

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire